Pin
Send
Share
Send


Adonis. Marbre, torse ancien restauré et complété par Duquesnoy (musée du Louvre)

Dans la mythologie grecque, Adonis était un homme mortel d'une incroyable beauté et un amant polyamoureux. Considéré comme un personnage archétypal de la vie-mort-renaissance, Adonis était étroitement lié aux saisons et a été reconnu dans la religion grecque comme une divinité de la végétation toujours plus jeune et renouvelée chaque année.

Les mythes sur Adonis abondaient parmi les Grecs anciens et il était réputé pour son attrait et sa vanité. On dit qu'Adonis est né d'une relation incestueuse et a eu de nombreux compagnons sexuels. Le développement des rituels cultuels qui l’entourent, tels que le festival Adonia du milieu de l’été, impliquait la dédicace de jeunes filles à Adonis pour la reconstitution de rituels de renouveau.

Malgré sa mortalité humaine naturelle, on dit qu'Adonis a été ressuscité par Zeus après sa mort terrestre. Ainsi, les concepts de mort et de résurrection sont liés au mythe d'Adonis, qui préfigurait le rôle central de la résurrection dans la religion du christianisme.

Étymologie

Le nom Adonis est d’origine sémitique et est une variante du phénicien. Adon signifiant "Seigneur". Le Theonym Adonis ressemble aussi beaucoup à Adonaï un des noms faisait référence à Yahweh, le Dieu singulier des anciens Israélites.

Divers anciens dieux du Proche-Orient, tels que le Babylonien Tammuz et le sumérien Dumuzi, comme Adonis, étaient des compagnons sexuels de déesses et avaient tous deux subi une terrible mort par mutilation. Adonis porte également une certaine similitude avec le égyptien Osiris, une autre divinité de la fertilité ainsi que les étrusques Atunis et le phrygien Attis-qui sont des divinités de la renaissance et de la végétation. Les pratiques cultuelles indiquent qu'Adonis était particulièrement basé sur Tammuz, pour qui les femmes s'asseyaient et pleuraient, souvent assises sur des toits et plantaient des plantes à la mémoire du dieu. Ce rituel de lamentation ressemble à celui pratiqué par les femmes grecques lors de la fête d'Adonia (voir ci-dessous).

Mythologie

Aphrodite et Adonis, lékythos en forme d'aryballe à figures rouges attique d'Aison, env. 410 av. J.-C., musée du Louvre.

Divers comptes de la naissance d'Adonis existent. Par exemple, dans Bibliothek (La bibliothèque), Adonis est considéré comme le fils de Cinyras, de Paphos à Chypre et de Metharme. Cependant, il est également noté qu'Hésiode a déclaré qu'Adonis était un fils de Phoenix et d'Alphesiboea, tandis que Panyassis a déclaré qu'il était un fils de Thias, roi d'Assyrie.1 La version la plus communément admise est qu'Aphrodite a exhorté Smyrne (Myrrha) à commettre un inceste avec son père, Theias, roi de Syrie. L'infirmière de Myrrha a aidé à la manœuvre, et Myrrha s'est associée à son père dans l'obscurité. Quand Theias a finalement découvert cette supercherie au moyen d'une lampe à huile, il s'est mis en colère, poursuivant sa fille avec un couteau. Myrrha s'est enfuie de son père et Aphrodite l'a transformée en un arbre à myrrhe. Lorsque Theias a tiré une flèche dans l'arbre, ou, selon un autre récit, lorsqu'un sanglier a utilisé ses défenses pour rendre l'écorce de l'arbre, Adonis est né de l'arbre. Ce mythe correspond à la nature d'Adonis en tant que dieu de la végétation et suggère ses origines dans les régions chaudes et désertes du désert où le myrrhe a poussé, puisqu'il n'a pas été trouvé dans la Grèce antique.

Adonis était un beau bébé, si beau en fait qu’Aphrodite l’avait placé dans un coffre fermé, qu’elle livrait pour la sécurité à Persephone, la reine des enfers. Perséphone était également fasciné par sa beauté surnaturelle et tomba amoureux de la jeunesse, refusant de le rendre à Aphrodite. Une dispute s'ensuivit entre Aphrodite et Persephone, aboutissant à un appel à Zeus, le monarque céleste (ou Calliope dans d'autres versions). Zeus a décrété qu'Adonis devrait passer quatre mois de l'année avec Aphrodite, quatre mois avec Persephone et quatre mois des années à lui tout seul. Ainsi, le mythe d'Adonis a fourni aux Grecs anciens une explication des changements de saison. Aphrodite était toujours mécontente et, avec l'aide de son amie Hélène, elle finit par séduire Adonis afin qu'il passe les quatre mois qu'il avait à sa disposition.

Death of Adonis, de Luca Giordano.Savez-vous? Dans la mythologie grecque, Adonis a été ressuscité par Zeus après sa mort prématurée sur Terre

Adonis devint un chasseur passionné et finit par être tué par un sanglier lors de la chasse. Ce sanglier a été envoyé par Persephone, qui était livide avec les tentatives d'Aphrodite de passer plus de temps avec Adonis. Des récits alternatifs affirment que le sanglier a été envoyé par Artemis (en représailles de la complicité d'Aphrodite dans la mort de son bien-aimé Hippolyte) ou par Ares, la maîtresse d'Aphrodite, qui était devenue extrêmement jalouse de ses entretiens avec Adonis. Par la suite, Aphrodite se lamenta fébrilement, suppliant Zeus de renouveler la vie de son amant. Zeus a été influencé par les appels d'Aphrodite et a finalement ressuscité Adonis, lui permettant de passer la moitié de chaque année avec elle et l'autre moitié dans le monde souterrain. Ainsi, Adonis est lié à l'idée de mort et de résurrection, qui est parallèle à la décadence de l'été à l'approche de l'hiver et à sa reprise éventuelle au printemps. De plus, la juxtaposition entre la naissance d'Adonis du myrrhe, dont l'épice était utilisée par les Grecs comme aphrodisiaque, et sa mort dans un champ de laitue, un légume qui symbolise l'impuissance, suggère qu'Adonis symbolise l'immuance et la sexualité excessive. Ainsi, il contraste avec Demeter, la déesse du mariage et de l'agriculture, qui fournit un exemple d'une sexualité plus tempérée contrôlée par les motifs du mariage.

Culte

Adonis a été célébré lors du festival annuel d'Adonia qui s'est tenu à Byblos et à d'autres endroits pendant la période la plus chaude de l'été, parallèlement au lever de Sirius, le Dog Star. Le festival semble avoir été célébré principalement par les femmes. Pendant ce festival, les prostituées plantaient des "jardins d'Adonis" sur leurs toits. Ces jardins étaient composés de plantes à croissance rapide telles que le fenouil et la laitue, qui ont germé puis se sont rapidement fanées. La mort commode des plantes dans leurs pots a reproduit la mort prématurée d'Adonis, survenue avant qu'il ne puisse contracter mariage, l'union définitive du citoyen grec mature. Les femmes participant au festival seraient alors en deuil pour la mort prématurée du dieu de la végétation. Non seulement ce festival commémorait l'histoire d'Adonis, mais il semblerait qu'il s'agisse d'un effort visant à favoriser les précipitations pour la croissance de la végétation. Un fragment de Sappho révèle qu'un culte entièrement développé consacré aux Adonis mourants était répandu parmi les cercles de jeunes filles centrées autour de l'île de Lesbos vers 600 avant notre ère… Burkert conclut que la fonction spéciale du culte d'Adonis était de fournir un bref sursis à la vie des femmes grecques, par ailleurs strictement circonscrite, contrastant avec l'ordre rigoureux de la polis et de la famille, qui caractérisait les festivals officiels des femmes qui honoraient Demeter.

Influence

La figure d'Adonis est restée importante non seulement en Grèce mais aussi dans d'autres parties du monde occidental, passées et présentes. Certains mythologues suggèrent qu'Adonis fut par la suite exporté en Allemagne, identifiant des parallèles entre lui et Balder, le dieu nordique du printemps et du renouveau, ressuscité après sa mort.

Dans le langage moderne, le nom "Adonis" est couramment utilisé comme une allusion à un jeune homme extrêmement séduisant, souvent avec une connotation de vanité méritée.

Remarques

  1. Bibliothek 3.14.3 - 3.14.4. Récupéré le 21 mars 2019.

Les références

  • Burkert, Walter. Religion grecque (John Raffan, trad.). Oxford: Blackwell Press, 1985. ISBN 0631112413
  • Détienne, Marcel. Les Jardins d'Adonis (Janet Lloyd, trans). Highlands, NJ: Harvester Press, 1977. ISBN 0391006118
  • Frazer, James. La branche d'or. London: Papermac, 1987. ISBN 0333434307
  • Graves, Robert. Les mythes grecs. Harmondsworth, Middlesex: Penguin Books, 1960. ISBN 014020508X
  • Koepping, Klaus-Peter. "Adonis." Encyclopédie de la religion. Edité par Mercia Eliade. New York: MacMillan Publishing, 1987. ISBN 0029098505

Pin
Send
Share
Send