Je veux tout savoir

Phoenix (mythologie)

Pin
Send
Share
Send


La première représentation du phénix se trouve dans l'ancien égyptien Bennu oiseau, le nom relatif au verbe «weben», qui signifie «s'élever brillamment» ou «briller». Certains chercheurs pensent qu'un grand héron, aujourd'hui éteint, était peut-être une véritable inspiration pour le Bennu. Cependant, comme le Bennu, comme toutes les autres versions du phénix, est avant tout une icône symbolique, les nombreuses sources mythiques du Bennu dans la culture égyptienne antique révèlent plus sur la civilisation que l'existence d'un véritable oiseau.

Une version du mythe dit que l'oiseau Bennu a éclaté du cœur d'Osiris. Dans les mythes les plus répandus, le Bennu s'est créé à partir d'un feu qui a été brûlé sur un arbre saint dans l'un des quartiers sacrés du temple de Ra. Le Bennu était censé reposer sur un pilier sacré connu sous le nom de benben-stone. À la fin de son cycle de vie, le phénix se constituerait un nid de brindilles de cannelle qu'il enflammerait ensuite; le nid et l'oiseau brûlaient férocement et seraient réduits en cendres, d'où un nouveau jeune phénix est né. Le nouveau phénix a embaumé les cendres du vieux phénix dans un œuf de myrrhe et l'a déposé dans la ville égyptienne d'Héliopolis ("la ville du soleil" en grec).

Le Bennu était représenté comme un héron gris, violet, bleu ou blanc avec un long bec et une crête à deux plumes. Parfois, il était représenté comme une bergeronnette printanière ou comme un aigle aux plumes rouges et dorées. Dans de rares cas, le Bennu était représenté comme un homme à tête de héron, vêtu d'une robe de momie blanche ou bleue sous un long manteau transparent. En raison de son lien avec la religion égyptienne, le Bennu était considéré comme «l'âme» du dieu Atum, Ra ou Osiris, et était parfois appelé «Celui qui est entré en existence par lui-même», «Ascendant» et «Seigneur des Jubilés». . »Ces noms et la connexion avec Ra, le dieu du soleil, reflétaient non seulement la croyance égyptienne antique en une continuation spirituelle de la vie après la mort physique, mais reflétaient également le processus naturel de montée et de descente du Nil, dont les Égyptiens dépendaient. pour la survie. Le Bennu est également devenu étroitement lié au calendrier égyptien, et les Égyptiens ont conservé des appareils de mesure du temps complexes dans le temple de Bennu.

Persan

le Huma, également connu comme «l'oiseau de paradis», est un oiseau mythologique persan, semblable au phénix égyptien. Il se consume en feu tous les quelques centaines d'années, pour renaître de ses cendres. Le Huma est considéré comme un oiseau compatissant et son toucher apporterait une grande fortune.

L'oiseau Huma joint les natures masculine et féminine en un seul corps, partageant chacun une aile et une patte. Il évite de tuer pour se nourrir, préférant plutôt se nourrir de charognes. Les Perses enseignent que de grandes bénédictions viennent à cette personne sur laquelle l'ombre du Huma tombe.1

Selon le maître soufi Hazrat Inayat Kahn,

Le mot huma dans la langue persane représente un oiseau fabuleux. On croit que si le huma l'oiseau est assis un instant sur la tête de quelqu'un, c'est un signe qu'il deviendra roi. Sa véritable signification est que lorsque les pensées d'une personne évoluent de manière à briser toute limitation, elle devient alors un roi. C'est la limitation du langage qu'il ne peut décrire le Très-Haut que comme quelque chose comme un roi.2

Grec

Les Grecs ont adapté le mot bennu et identifié avec leur propre mot phénix 'φοινιξ', ce qui signifie la couleur violet-rouge ou cramoisi. Ils et les Romains ont ensuite représenté l'oiseau plus comme un paon ou un aigle. Selon la mythologie grecque, le phénix vivait en Arabie à côté d'un puits. À l'aube, il s'est baigné dans l'eau du puits, et le dieu-soleil grec Apollon a arrêté son char (le soleil) afin d'écouter son chant.

Détail de la mosaïque Semis de roses et phénix Musée du Louvre, Paris, France

Oriental

Le phénix (dit Garuda en sanskrit) est l'oiseau de feu mystique qui est considéré comme le char du dieu hindou Vishnu. Sa référence se trouve dans l'épopée hindoue du Ramayana.

En Chine, le phénix s'appelle Feng-huang et symbolise l'intégralité, incorporant les éléments de base de la musique, les couleurs, la nature, ainsi que la jonction du yin et du yang. C'est un symbole de paix et représente le feu, le soleil, la justice, l'obéissance et la fidélité. Le Feng-huang, contrairement au phénix qui meurt et renaît, est vraiment immortel bien qu'il n'apparaisse qu'en temps de paix et de prospérité.3

Judaïsme et christianisme

Dans le judaïsme, le phénix est connu sous le nom de Milcham ou Chol (ou Hol): L'histoire du phénix commence dans le jardin d'Eden lorsque Eve est tombée, tentée par le serpent de manger le fruit défendu. Selon la Midrash Rabbah, bouleversée par sa situation et jalouse de créatures encore innocentes, Eve a tenté toutes les autres créatures du jardin d'en faire autant. Seul le Chol (phénix) a résisté. En récompense, le phénix a reçu la vie éternelle, vivant en paix pendant mille ans, puis renaissant d'un œuf pour continuer à vivre à nouveau en paix, répétant le cycle éternellement (Gen. Rabbah 19: 5). Le rabbin Shlomo Yitzhaki, mieux connu sous le nom de Rachi, a commenté que la mort n'a aucun pouvoir sur le phénix, "parce qu'elle n'a pas goûté le fruit de l'arbre de la connaissance".4

Le phénix apparaît également dans le Livre de Job: "Je multiplierai mes jours en tant que Chol, le phénix" (Job 29:18), indiquant encore une longue vie sinon l'immortalité. Cette référence est cependant controversée car chol a été traduit par phénix, sable et palmier dans différentes versions.5

Le phénix est devenu un symbole du christianisme dans la littérature ancienne, soit à partir de la légende hébraïque ancienne, soit à partir de l'incorporation de la culture grecque et romaine, soit d'une combinaison des deux. En tout cas, l'idéologie du phénix cadrait parfaitement avec l'histoire du Christ. La résurrection du phénix de la mort comme nouvelle et pure peut être considérée comme une métaphore de la résurrection du Christ, au cœur de la croyance chrétienne. Le phénix est référencé par le premier père apostolique chrétien Clément dans La première épître de Clément aux Corinthiens. La plupart du symbolisme du phénix basé sur le chrétien apparaît dans les œuvres littéraires, en particulier dans la littérature chrétienne médiévale et de la Renaissance qui combinait le mythe et le folklore classiques et régionaux avec une doctrine plus courante.

Héraldique

Rinasce piu gloriosa ("Il remonte encore plus glorieux").

Le phénix n'apparaît pas comme une figure héraldique aussi souvent que d'autres créatures mythiques. Cependant, il est apparu sur les crêtes et les boucliers de la famille au fil du temps, généralement représenté comme un aigle entouré, mais pas blessé, par des flammes. L'insigne héraldique de Jane Seymour comprend un phénix s'élevant d'un château, entre deux roses Tudor rouges et blanches.6 Certaines villes d'Europe utilisent le phénix dans leur emblème municipal pour désigner la destruction ponctuelle et la reconstruction consécutive de la ville, se connectant à l'image de résurrection inhérente au phénix.

Phoenix, Arizona a été nommée ainsi parce qu'il s'agissait d'une gare frontière installée sur les ruines d'un site amérindien. Les premiers habitants européens ont décidé de nommer leur ville en accord avec l'idée que des ruines d'une ville, une autre a été créée.

Littérature

Un Phoenix renaître, renaissant de ses cendres.

Le phénix n'apparaît plus de manière significative dans aucune vérité religieuse ou culturelle. Cependant, l'image est toujours utilisée dans la littérature, peut-être à cause de toutes les créatures mythiques de l'Antiquité, le phénix est celui qui exprime fréquemment un sentiment durable d'espoir et de rédemption. Sa beauté n'est pas aussi surnaturelle que la plupart des autres créatures du mythe, et son symbolisme est véhiculé avec une subtilité profonde lorsqu'il est utilisé dans la littérature.

William Shakespeare a fait l'une des références les plus importantes dans ses deux pièces La tempête, incorporant un certain nombre d'autres créatures mythiques mais en plaçant le phénix séparé et au-dessus du reste, et Timon d'Athènes, quand un sénateur appelle métaphoriquement Timon "un goéland nu, qui clignote maintenant un phénix." Dans d'autres œuvres de la littérature de la Renaissance, le phénix aurait été mangé comme le plus rare des plats, car un seul était vivant à la fois. Ben Jonson, dans Volpone (1605) écrit: "pourrions-nous obtenir le phénix, bien que la nature ait perdu son espèce, elle était notre plat."

La nouvelle de 1940 de Sylvia Townsend Warner "Le Phénix" a satirisé l'exploitation de la nature en utilisant un phénix maltraité dans un spectacle de carnaval, révélant la préférence moderne pour la violence et le sensationnalisme plutôt que la beauté et la dignité. La majesté de la courte histoire classique d'Eudora Welty de 1941, «A Worn Path», emploie le phénix comme nom du personnage principal et pratiquement unique d'une histoire de régénération et du Sud peu écrite mais riche.

Le célèbre roman pour enfants d'Edith Nesbit, Le Phoenix et le tapis est basé sur cette créature légendaire et son amitié excentrique avec une famille d'enfants. Le phénix était également célèbre pour être un symbole de la montée et de la chute de la société dans Ray Bradbury Fahrenheit 451. Le modèle de destruction d'une société trop complaisante et abusive donnant un nouveau départ a été comparé au modèle mythologique du phénix de consommation par la flamme, puis de résurrection en cendres.

Sylvia Plath fait également allusion au phénix à la fin de son célèbre poème Lady Lazarus. Le locuteur de ce poème décrit ses tentatives infructueuses de se suicider non pas comme des échecs, mais comme des résurrections réussies, comme celles décrites dans les contes du personnage biblique Lazare et du phénix. À la fin du poème, l'orateur s'est transformé en oiseau de feu, marquant effectivement sa renaissance, que certains critiques assimilent à une transformation démoniaque. Le poème se termine: "Hors des cendres / je me lève avec mes cheveux roux / et je mange des hommes comme de l'air".

Plus récemment, Harry Potter auteur de la série J.K. Rowlings a utilisé un phénix comme symbole central dans ses histoires. Alors que la série Harry Potter a suscité une certaine controverse dans la communauté chrétienne, l'utilisation par Rowling d'autres bêtes mythiques classiques et son expérience en littérature classique suggèrent qu'elle utilise le phénix comme symbole chrétien de purification et de résurrection.7

Remarques

  1. ↑ Naosherwan Anzar (trad.), Le Maître chante, les Ghazals de Meher Baba (Zeno Publishing Services, 1981). Édition en ligne, 28 mai 1995. Récupéré le 13 mai 2011.
  2. ↑ Kahn, Hazrat Inayat, La musique de la vie (Omega Publications, 1998, ISBN 978-0930872380).
  3. ↑ Mark Schumacher, Phoenix www.onmarkproductions.com. Récupéré le 13 mai 2011.
  4. ↑ Légendes du Phénix: une base dans l'histoire biblique Compte à rebours pour le Messie. Récupéré le 13 mai 2011.
  5. ↑ George Sajo, Phoenix au sommet du palmier: interprétations multiples de Job 29:18 Silva de varia leccion, Studiolum, 8-2-2005. Récupéré le 13 mai 2011.
  6. ↑ Badges héraldiques Tudor Blasons et leurs significations Les Tudors wiki. Récupéré le 29 avril 2015.
  7. ↑ John Granger, À la recherche de Dieu dans Harry Potter (Saltriver, 2006, ISBN 1414306342).

Les références

  • Conway, D. J. Créatures mystiques magiques: invitez leurs pouvoirs dans votre vie. Llewellyn Publications, 2001. ISBN 156718149X
  • Granger, John. À la recherche de Dieu dans Harry Potter. SaltRiver, 2006. ISBN 978-1414306346
  • Kahn, Hazrat Inayat. La musique de la vie. Omega Publications, 1998. ISBN 978-0930872380
  • Nigg, Joe. Wonder Beasts: Tales and Lore of the Phoenix, the Griffin, the Unicorn, and the Dragon. Libraries Unlimited, 1995. ISBN 156308242X

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 25 mars 2019.

  • Phoenix (Bennu, Benu) Egypte ancienne: la mythologie
  • Phoenix - Entrée dans Le Bestiaire d'Aberdeen
  • Phénix Le Bestiaire médiéval
  • Phoenix (mythologie)

Pin
Send
Share
Send