Pin
Send
Share
Send


Jahannam (Arabe: جهنم) est l'équivalent islamique de l'enfer. Ses racines viennent du mot hébreu Gehinnom, qui était une ancienne décharge à l'extérieur de la ville de Jérusalem où les ordures ont été brûlées. Selon le Coran, seul Allah (Dieu) sait qui ira à Jahannam (Enfer) et qui ira à Jannah (Ciel).

La description

Le Coran fournit des descriptions détaillées de Jahannam qui ont été interprétées à la fois littéralement et métaphoriquement par les musulmans. Jahannam est décrit de manière variable comme un endroit enflammé, un abîme effrayant, un pont étroit qui doit être traversé pour entrer au paradis, et aussi un monstre à l'apparence nauséabonde, qui peut être invoqué par Allah (Coran 82.4). On dit aussi que "Zaqqum" (un arbre épineux) pousse à Jahannam, qui a un fruit amer, que les damnés sont obligés de manger pour intensifier leur tourment. Ses fruits ont la forme de têtes de diables. (Coran 44.46).

On dit que Jahannam a sept niveaux auxquels un pécheur peut aller en fonction de ses actes.1 Dans l'islam, le degré de punition en enfer dépend de ses péchés, et il existe donc différents niveaux d'enfer désignés pour différents types de pécheurs. Le niveau le plus sévère est connu sous le nom de "Hutama", qui serait réservé aux hypocrites religieux.

Jour du jugement (يوم القيامة)

Selon l'Islam, chaque personne sera tenue de rendre compte de ses actes au "Jour de la Résurrection" (Qiyamah) (Coran 71.18). Au cours de cette journée, le livre de vie d'un homme ou d'une femme sera ouvert et ils seront informés de chaque action qu'ils ont faite et de chaque mot qu'ils ont prononcé (Coran 54.52-53), bien que les actions entreprises pendant l'enfance ne soient pas jugées. On dit que le récit est si détaillé que la personne sera étonnée de voir à quel point il est complet. Il est également dit que si quelqu'un nie tout acte qu'il a commis ou refuse de le reconnaître, alors ses parties du corps témoigneront contre lui. Chaque être humain, musulman et non musulman, dans la pensée islamique sera tenu responsable de ses actes et sera jugé par Allah en conséquence (Coran 74.38).

Les procès et les tribulations associés au Jour du Jugement sont détaillés dans le Coran et le Hadith, ainsi que dans les commentaires des exposants islamiques et des autorités savantes. Ils sont d'accord que ce jour-là, Dieu sera plus en colère que jamais et même les anges trembleront devant Dieu. De plus, les humains sont si effrayés ce "jour" que les prophètes eux-mêmes s'adressent à Dieu à plusieurs reprises avec la phrase sallim, sallim, ou de rechange, de rechange-c'est-à-dire, "épargnez vos disciples, O Dieu." Les disciples de Mahomet de son vivant qui se sont éloignés de l'islam après son décès, les apostats de l'islam, sont engloutis dans le feu.2 Ceux qui ont déformé ou ignoré le Coran ou se sont convertis à une autre religion sont également engloutis dans les flammes infernales.3 Cependant, ceux qui croient vraiment en Dieu et sont pieux, appelés Al-Ghurr-ul-Muhajjalun4 en raison de la trace des ablutions rituelles effectuées au cours de leur vie, repentez-vous de leur péché et revenez à "jannah (le Jardin) sous lequel coulent les rivières".5 Le monde est détruit et les morts sortent de leurs tombes et se rassemblent, attendant d'être jugés pour leurs actes.6

Le Coran déclare que, avec les musulmans, Allah sauvera également les autres personnes du livre de l'enfer et les personnes qui n'ont pas reçu le vrai message de l'islam seront également sauvées:

"Ceux qui croient en Allah et au Jour dernier et font de bonnes actions seront récompensés par leur Seigneur; ils n'ont rien à craindre ni ne sont attristés." (Coran 2,62)

Après la mort, il est dit que l'Archange Azrael (avec l'aide d'autres anges moins importants) séparera l'âme du corps, soit durement soit sans douleur selon la justesse de la personne au cours de sa vie (Coran 79.1-2). Suite à la séparation de l'âme et du corps, Nakir et Munkar (deux anges islamiques) interrogeront l'âme dans sa tombe en demandant:

"Qui est votre (seigneur)?"
"Quel est ton mode de vie?"
"Qui est votre chef?" (Coran 17,71)

Cette expérience sera horrible et effrayante selon que la personne était juste ou non.

Après jugement, tous les hommes et toutes les femmes sont amenés à traverser un abîme profond, d'où les flammes de Jahannam (enfer) bondissent, sur al-Sirât (الصراط, un pont épineux si mince qu'on ne le voit pas. Il est dit dans Hadith que traverser le pont est une tâche si difficile, car le pont est aussi mince qu'une mèche de cheveux et aussi tranchant que le tranchant d'une épée. Les croyants et ceux qui sont destinés à Jannah peuvent traverser rapidement et en toute sécurité, le voyant comme un pont de pierre épais, tandis que d'autres tombent de ce pont mince comme des cheveux dans Jahannam. Les croyants seront conduits par le prophète Mahomet vers un vaste bassin ou fontaine de lac appelé al-kawthar الكوثر, où leur soif sera assouvie avec une boisson de couleur blanche au goût de lait sucré. On dit que quiconque en boit n'aura jamais soif. Dans un hadith, al-kawthar est dit être une rivière de paradis (al-Bukhari, livre 76, hadith 583.)

Intercession (الشفاعة)

Tout au long du "Jour du Jugement", le principe sous-jacent est celui d'une justice complète et parfaite administrée par Allah. Cependant, les récits du jugement sont également remplis d'insistance sur le fait qu'Allah est miséricordieux et pardonnant, et que de telles qualités seront accordées ce jour-là dans la mesure où elles sont méritées.

Il est prédit qu'en ce jour, l'humanité implorera les prophètes d'intercéder en leur nom, plaidant pour la sécurité des membres de leur famille et de leurs proches. D'abord, le peuple s'approchera d'Abraham, puis de Moïse, puis d'Adam, et enfin de Noé, qui refuseront tous d'intercéder en leur faveur. Ces prophètes désigneront plutôt Muhammad comme l'intercesseur suprême au nom de l'humanité.7 Dans un Hadith, il est rapporté qu'après l'intervention et les appels de Muhammad, Allah lui-même intercède, ordonnant à plusieurs reprises à ses anges d'aller chercher à Jahannam (l'enfer) tous ceux qui professaient sincèrement la Shahada.8 jusqu'à ce que les anges soient ordonnés de revenir et de trouver quelqu'un avec même la mesure de bonté d'un atome dans son cœur, bien que ceux qui ont adoré de faux dieux, ou qui ont participé au shirk (adoration des idoles) ne soient pas sauvés de Jahannam (enfer) et restent à la place là pour toujours. Après l'Intercession, la vie reprend, soit à Jannah (paradis) soit à Jahannam (enfer).

Contrairement aux représentations de l'enfer en tant que demeure de la punition éternelle, que l'on trouve dans d'autres religions du monde, l'islam déclare que l'on peut aller en enfer et aller au paradis après avoir purgé une peine de temps en enfer. On dit que seul Allah sait combien de temps les pécheurs seront gardés en enfer. Les pécheurs peuvent être libérés selon la volonté d'Allah. Cependant, la décision d'être envoyée à Jannah (paradis) ou à Jahannam (enfer) est du ressort d'Allah seul. Dieu est donc l'arbitre ultime et qadi (juge) quant à savoir qui va en enfer et qui est sauvé.

Remarques

  1. ↑ Les sept niveaux de Jahannam sont Jaheem, Jahanam, Sa'ir, Saqar, Ladha, Hawiyah et Hutam.
  2. ↑ Coran 5. 117-118, Sahih Bukhari, livre 55 «récits des prophètes», numéro 568.
  3. ↑ Coran 2.174-6, 72.4, 72.15, 73.12, 74.26-27, 74.42-46, 79.36-39
  4. Sahih Bukhari, livre 4 «Ablution», numéro 133; 138 dans une autre édition.
  5. ↑ Coran 58.21, 61.2, 64.9, 65.11, 66.8-11, 68.17-32, 69.21-24, 70.32-38, 71.12, 74.40, 76.12-14, 78.32, 79.40-41, 80.28-31, 85.11, 88.8- 11
  6. ↑ Coran 11.102-7
  7. ↑ Coran 74,48; Sahih Bukhari, livre 55 «récits des prophètes», numéro 555, 569; cf. Sahîh al-bukhari, livre 7 "Tayammum (se frotter les mains et les pieds avec de la poussière)", numéro 331.
  8. Sahih Bukhari, livre 3 «livre d'apprentissage ou de connaissances», numéro 97 (98 dans une autre édition).

Les références

  • Ali, Mohammed Ali Ibn Zubair. Signes de Qiyamah. Service du livre islamique, 2000. ASIN B000KJ4YDK
  • Kabbani, Muhammad Hisham. L'approche de l'Armageddon: une perspective islamique. Conseil suprême islamique d'Amérique, 2003. ISBN 978-1930409200
  • Khalifa, Rashad. Coran: le testament final, version anglaise autorisée avec texte arabe, édition révisée IV. Submission.org, 2005. ISBN 978-0972920926
  • Smith, Jane I. La compréhension islamique de la mort et de la résurrection. Oxford University Press, 2006. ISBN 978-0195156492

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 14 mars 2018.

Pin
Send
Share
Send