Je veux tout savoir

Walter de Coventre

Pin
Send
Share
Send


De Coventre a reçu un B.A. sous John de Waltirstone de l'Université de Paris par Carême, 1333.20 Bien qu'il ait probablement terminé une licence en arts et une maîtrise ès arts en 1335, en raison des lacunes dans les dossiers de Paris, il n'est pas certain qu'il était maître jusqu'en avril 1345.17

Il a ensuite étudié le droit civil à l'Université d'Orléans et, le 24 mars 1337, il était surveillant de la nation écossaise à Orléans.17 Le 7 décembre 1345, il avait reçu une licence en droit civil.21 Le 20 décembre 1348, il était à Avignon comme envoyé de son université, et pendant qu'il y obtint une grâce concernant son propre bénéfice détenu par le pape Clément VI.17 Le 7 octobre 1349, le pape Clément accorde un indult à Walter lui permettant d'être absent de sa cure pendant qu'il poursuit ses études à Orléans.22

Il était peut-être déjà docteur en droit civil à ce moment-là, car l'année suivante, le 22 novembre 1350, il est trouvé comme tel agissant en tant que régent d'Orléans présentant un candidat à la licence.17 Après avoir étudié le droit civil pour la plus haute qualification disponible, de Coventre est passé au droit canon. Le 28 mars 1351, il possédait un baccalauréat en décrets (droit canonique).17 C'est peut-être pour cela que le 16 avril 1353, il obtint du pape Innocent VI une autre grâce pour lui-même.17 Précisément quand il a obtenu son doctorat n'est pas clair, mais il était D. U. J. (docteur utriusque juris), Docteur des deux lois, le 4 septembre 1359.17

Bénéfices

1345 (ou avant) jusqu'à 1361: canons de Ross et prébend1345 (ou avant) jusqu'à entre 1348 et 1351: canons d'Abernethy et prébend1345: fourniture manquée à l'archidiacre de Dunblane1348-1361: doyenné d'Aberdeen1351-1353: fourniture manquée à un bénéficiaire de St Andrews1352- 1361: Canons de Dunkeld et prébend1353: Échec de la fourniture des canons de Moray et de prebendc. 1353-1361: Paroisse d'inversité (St Andrews)

Les premiers avantages connus de Walter furent un canon avec prébende (c'est-à-dire les revenus d'un domaine de la cathédrale partagé par des membres du clergé) dans la collégiale d'Abernethy et une prébende dans le diocèse de Ross, dans le nord de l'Écosse, qu'il détenait le 12 avril 1345. Aucun de ces avantages, ni paroisse ni office, n'est connu de nom.17 Alors que Walter conserverait son avantage Ross jusqu'à devenir évêque de Dunblane, il a perdu son avantage Abernethy à un moment donné entre le 20 décembre 1348 et le 28 mars 1351. Pendant cette période, il a obtenu un autre prébend sans nom en échange du prébend Abernethy.17 Walter n'est que le deuxième canon connu de la Abernethy Collegiate Church.23

Le 12 avril 1345, il a obtenu un canon dans le diocèse de Dunkeld dans l'attente d'un prébend, mais ne semble pas l'avoir obtenu dans la pratique, bien qu'il ait obtenu un canonry Dunkeld différent avec prébend le 12 mai 1352.17 Il le conserva jusqu'à sa consécration comme évêque de Dunblane en 1361.17 Walter a également obtenu un quatrième prébend au cours de cette période. Il recherchait un avantage dans le diocèse de St Andrews, et bien qu'il l'ait obtenu le 28 mars 1351, l'octroi n'était toujours pas en vigueur le 16 avril 1353, date à laquelle il avait obtenu une pré-courbure dans le diocèse de Moray.17 Cela n'a pas été efficace non plus, mais Walter a finalement obtenu un bénéfice du diocèse de St Andrews, à savoir l'église d'Inverarity à Angus, devenue vacante à la mort de son titulaire, William de Coventre, probablement le frère aîné de Walter.24 Le 7 décembre 1345, Walter a été nommé (fourni) archidiacre de Dunblane, son avantage le plus important à ce jour, mais la nomination ne semble pas avoir été respectée.25

Walter a obtenu un avantage supplémentaire au cours de cette période. Le 20 décembre 1348, il fut nommé doyen de la cathédrale d'Aberdeen, un poste de haut rang que Walter n'était techniquement pas autorisé à occuper sans la grâce papale, n'étant qu'un sous-diacre dans les ordres.26 Le doyenné avait été rendu vacant par la mort du vieux Gilbert Fleming. Bien qu'en juillet le pape l'ait donné comme prébende supplémentaire pour Annibald de Ceccano, cardinal évêque de Tusculum, cela avait été annulé le 20 décembre, quand il a été donné à Walter à la place.27

Ces avantages procuraient un revenu sans obligation de fournir des services pastoraux. Leurs revenus ont été affectés au paiement de ses études, laissant des vicaires mal payés pour mener à bien le travail pastoral.28 Walter est resté enseignant et fonctionnaire à Orléans, peut-être sans retourner du tout en Écosse, jusqu'à la fin des années 1350, alors qu'il aurait été absent de son pays d'origine pendant plus de 25 ans.29 Dans un document d'Aberdeen daté du 12 juillet 1356, il a été noté qu'il était toujours absent de son poste.29

Évêque de Dunblane

Carte du XIXe siècle du diocèse de Dunblane et des diocèses environnants. Abernethy, bien que physiquement séparé de la plupart des autres diocèses de Dunblane, faisait néanmoins partie de ce diocèse.

Retour en Ecosse et élection épiscopale

Walter ne peut être retrouvé avec certitude en Écosse avant sa comparution en tant que témoin d'une charte de Thomas, comte de Mar, le 9 juillet 1358. Il est peut-être revenu un an plus tôt, sous la forme d'un document daté entre novembre 1357 et avril 1359. l'enregistre au shérif de Forfar (demesne royale à Angus) assistant un juge ayre. Il apparaît de nouveau le 4 septembre 1359, témoin d'une autre charte du comte Thomas à la résidence de ce dernier au château de Kildrummy.29

Après la mort en 1361 de William de Cambuslang, évêque de Dunblane, Walter fut élu par le chapitre de la cathédrale de Dunblane pour être le nouvel évêque.30 Lors de son élection, Walter ne possédait aucun avantage dans le diocèse et n'en avait plus depuis l'abandon de son prébende d'Abernethy une décennie auparavant. Cependant, c'était probablement le diocèse de sa naissance, et il était presque devenu archidiacre du diocèse en 1345.31

Walter, évêque élu, se rendit à la cour papale d'Avignon et fut nommé (nommé) évêque par le pape Innocent le 18 juin 1361.32 La lettre papale de disposition exprimait son mécontentement que le chapitre (en élisant) et Walter (en acceptant l'élection) ignorent un 33

Walter a peut-être été consacré peu de temps après, probablement le 23 août. C'est à cette date qu'il a présenté une liste de pétitions au Pape au nom de plusieurs Écossais, dont Michael de Monymusk, futur évêque de Dunkeld.34 Le 20 septembre, Mgr Walter a fait une "promesse de services" à la papauté, dont le premier paiement a été remis à Avignon en 1363 par le surveillant de Walter.17

Épiscopat précoce

Walter était revenu en Écosse le 30 juin 1362, date à laquelle sa présence est attestée à Partick près de Glasgow. Le document dans lequel Walter est mentionné indique que William Rae, évêque de Glasgow, avec son chapitre de la cathédrale, a accepté de soumettre un différend à l'arbitrage.35

Le reste de son épiscopat n'est pas bien documenté. Son seul acte épiscopal survivant a été publié à Abernethy le 8 février 1365.36 L'acte a autorisé la réduction des canons à Abernethy Collegiate Church de dix à cinq, ajoutant le consentement de la patronne Margaret, comtesse d'Angus. Ces détails sont également consignés dans une lettre pontificale à l'évêque de St Andrews en 1373:

Récemment, une pétition du Prieur séculier et du Chapitre d'Abernethy pour confirmation a décrit comment la Collégiale a été fondée par des mécènes laïcs pour un prieur et cinq chanoines. À une date ultérieure, certains des clients étaient désireux d'augmenter ses loyers, et le nombre de canons a été, espérons-le, porté à dix. Aucune augmentation de ce genre n'a eu lieu et, en raison des guerres, des incendies et de la ruine, le prieur et le chapitre ont été amenés au détroit. L'évêque Walter, par conséquent, avec l'assentiment des patrons et du roi David, a réduit les canons à cinq.37

Les changements ont été confirmés par le Pape le 31 octobre 1375, plusieurs années après la mort de Mgr Walter.38

Un document de l'abbaye d'Inchaffray, conservé dans l'original (par opposition à une copie ultérieure), a enregistré que l'évêque Walter avait été impliqué dans le règlement d'un différend impliquant Inchaffray, une abbaye qui se trouvait dans son diocèse. Le différend d'Inchaffray était avec Naomhán Mac Eóghainn (Nevin MacEwen) et son épouse Mairead (Mariota).39 Sous l'abbé Symon de Scone, 40

Sous le nouvel abbé, l'abbé John, l'abbaye a demandé le retour de ces terres. L'affaire semble avoir été renvoyée à la cour consistoriale de l'évêque Walter, qu'il détenait à la chapelle d'Innerpeffry. Ici, Naomhán et Mairead ont convenu d'accepter un paiement de 40 marks en échange du retour des documents de propriété qui leur ont été remis par l'abbé et de la reconnaissance de la propriété de l'abbaye. Le couple s'est engagé à honorer l'accord en prêtant serment sur les Évangiles de la chapelle.41 L'affaire a ensuite été entendue à Perth, sous la direction de Robert Stewart, comte de Strathearn et haut-commissaire (plus tard roi Robert II), où le couple a été contraint, sous la menace de sanctions sévères, de jurer à nouveau de ne jamais renouveler sa demande.42 La décision a été scellée par les témoins, dont l'évêque Walter, dans une église de Perth le 30 novembre 1365.43

Dernières années

Le 13 mars 1366, Walter fut chargé par la papauté d'autoriser la dispense pour le mariage irrégulier entre John Stewart, comte de Carrick (beaucoup plus tard le roi Robert III) et Annabella Drummond.44

L'évêque Walter a assisté à au moins cinq réunions du Parlement national écossais au cours de son épiscopat. Il était présent au Parlement Scone du 27 septembre 1367, qui discutait des revenus royaux et des relations avec la couronne anglaise.45 Il était également présent au Parlement Scone de juin 1368,29 et le parlement de Perth du 6 mars 1369; ce dernier a discuté des affaires royales, des relations avec le Royaume d'Angleterre et du Royaume de Norvège, et de l'ordre public dans les Highlands écossais. Robert Stewart, Thomas, le comte de Mar, Uilleam III, le comte de Ross et d'autres seigneurs des Highlands ont reçu l'ordre d'imposer un plus grand contrôle dans leurs régions.46 L'évêque Walter a participé à deux commissions parlementaires, la première une commission cléricale consacrée aux affaires générales et la seconde une commission judiciaire autorisée à examiner les jugements judiciaires antérieurs dans le royaume.47

Les discussions du Parlement sur les relations anglo-écossaises ont précédé les négociations de paix plus tard dans l'année, au cours desquelles l'évêque Walter était l'un des envoyés écossais. Il y avait une certaine urgence derrière l'affaire, étant donné la fin imminente de la trêve anglo-écossaise de cinq ans convenue par le roi Édouard III d'Angleterre le 20 mai 1365.48 Le roi David s'est rendu à Londres, où il a résidé en mai et juin, afin de participer aux négociations. Walter et le reste de l'ambassade, qui comprenait quatre autres évêques, étaient à Londres en juin 1369, le mois au cours duquel Edward accepta une nouvelle trêve. Lorsqu'il a été ratifié par les Écossais à Édimbourg le 20 juillet, Mgr Walter était de nouveau présent, en tant que témoin.49

Walter a assisté au Parlement de Perth le 18 février 1370 et a été nommé comme l'un des membres d'un comité spécial "pour la délibération concernant l'examen de la justice commune".50 Il est mentionné pour la dernière fois jurant fidélité au nouveau roi, Robert II, lors de son parlement d'adhésion à Scone le 27 mars 1371.51 Walter de Coventre doit être décédé plus tard en 1371 ou au tout début de 1372, car le 27 avril 1372, le pape a nommé Andrew Magnus à l'évêché vacant de Dunblane.52

Remarques

  1. ↑ Alexander Grant. Indépendance et nationalité: Écosse, 1306-1469. (Londres: Edward Arnold, ISBN 0713163097), 96-97.
  2. ↑ Michael Brown. The Black Douglases: War and Lordship in Late Medieval Scotland, 1300-1455. (East Linton: Tuckwell Press, 1998. ISBN 1862320365), 195.
  3. ↑ A. D. M. Barrell, 1999, «Dispositions papales en Écosse au quatorzième et au début du XVe siècle», 215-225. dans Barbara E. Crawford. Church, Chronicle and Learning in Medieval Scotland: Essays Presented to Donald Watt on the Completion of the Publication of Bower's Scotichronicon. (Édimbourg: Mercat Press, 1999. ISBN 0841830011), 218; James Hutchison Cockburn. Les évêques médiévaux de Dunblane et leur église. (Dunblane: Société des amis de la cathédrale de Dunblane, 1959), 104-105; Grant, 1984, 97.
  4. ↑ Michael Brown & Steve Boardman, «Survival and Revival: Late Medieval Scotland», 77-106 dans Jenny Wormald. Écosse: une histoire. (Oxford: Oxford University Press, 2005. ISBN 0198206151), 91.
  5. ↑ D. E. R. Watt. Un dictionnaire biographique des diplômés écossais à 1410 après J.-C. (Oxford: Clarendon Press, 1977. ISBN 0198224478). pour plus de détails et des exemples individuels.
  6. ↑ Une enquête détaillée, bien que concernant l'Angleterre des XIIe et XIIIe siècles, mais toujours pertinente, peut être trouvée dans Robert Bartlett. L'Angleterre sous les rois normand et angevin, 1075-1225. (Oxford: Clarendon Press, 2000. ISBN 0199251010), 377-412.
  7. ↑ Voir les sources répertoriées dans Watt, 1977, 114-115.
  8. ↑ Watt, dictionnaire, 114-115.
  9. ↑ Cockburn, 1959, 104-111.
  10. 10.0 10.1 Webster, "David II".
  11. ↑ Richard Oram, (éd.) Rois et reines d'Ecosse. (Stroud, Gloucestershire: Tempus Publishing Ltd, 2001. ISBN 0752419919), 118, 120.
  12. ↑ Michael Penman. David II, 1329-71. (Édimbourg: Tuckwell Press Ltd / John Donald, 2004. ISBN 0859766039), 53.
  13. ↑ Cockburn, 1959, 105.
  14. ↑ Watt, 1977, 114
  15. ↑ Ian B. Cowan. Les paroisses de l'Écosse médiévale. (Édimbourg: Neill & Co. Ltd. 1967), 3.
  16. ↑ Watt, 1977, 113-114.
  17. 17.00 17.01 17.02 17.03 17.04 17.05 17.06 17.07 17.08 17.09 17.10 17.11 17.12 17.13 17.14 Watt, 1977, 114; les avantages de Ross et Abernethy sont incertains car ils ne sont pas connus par leur nom, mais la combinaison unique ne peut très probablement pas être due à une coïncidence.
  18. ↑ Watt, 1977, 113, 114, 115.
  19. ↑ Watt, 1977, 114, 115.
  20. ↑ Cockburn, 1959, 105; John Dowden. (1912), dans John Maitland Thomson. Les évêques d'Écosse: être des notes sur la vie de tous les évêques, sous chacune des vues, avant la réforme. (Glasgow: James Maclehose and Sons) 204, n. 2; Watt, 1977, 114.
  21. ↑ Dowden, 1912, 204, n. 2; Watt, 1977, 114.
  22. ↑ Cockburn, 1959, 105; Dowden, 1912, 204, n. 2; Watt, 1977, 114, 115.
  23. ↑ Ian B. Cowan et David E. Easson. Maisons religieuses médiévales: Ecosse Avec une annexe sur les maisons de l'île de Man, 2e éd. (Londres et New York: Longman, 1976. ISBN 0582120691), 215.
  24. ↑ Voir Watt, 1977, s.v. «Coventre, William de», pour plus de détails.
  25. ↑ D.E. R. Watt et A. L. Murray, (éd.) 2003. Fasti Ecclesiae Scotinanae Medii Aevi ad annum 1638, Édition révisée. (Édimbourg: The Scottish Record Society, ISBN 0902054198), 117.
  26. ↑ Cockburn, 1959, 105; Watt et Murray, 9.
  27. ↑ Watt et Murray, 9.
  28. ↑ Cockburn, 1959, 105.
  29. 29.0 29.1 29.2 29.3 Watt, 1977, 115.
  30. ↑ Watt et Murray, 101.
  31. ↑ Watt, 1977, 114-115.
  32. ↑ Cockburn, 1959, 104; Dowden, 1912, 203-204; Watt, 1977, 114; Watt et Murray, 101.
  33. ↑ Cockburn, 1959, 104; Dowden, 1912, 204.
  34. ↑ Watt, 1977, 114; Watt et Murray, 101.
  35. ↑ Cosmo Nelson Innes, (éd.), Registrum Episcopatus Glasguensis; Munimenta Ecclesie Metropolitane Glasguensis a Sede Restaurata Seculo Incunte Xii Ad Reformatam Religionem. (1843) (Édimbourg: The Bannatyne Club, vol. I. no 299, 265-268, 1. archive.org. Récupéré le 6 mars 2009; Watt, 1977, 115
  36. ↑ Cockburn, 1959, 106; Watt, 1977, 115.
  37. ↑ Cité dans Cockburn, 1959, 106.
  38. ↑ Cockburn, 1959, 106; Cowan et Easson, 1976, 213.
  39. ↑ Le document latin peut être trouvé chez William Alexander Lindsay, John Dowden & John Maitland Thomson, (éd.) (1908), Chartes, taureaux et autres documents relatifs à l'abbaye d'Inchaffray provenant principalement des originaux du coffre à charte du comte de Kinnoull. (Édimbourg: T. et A. Constable. No 135), 127-130, avec résumé en anglais à 231-232; une analyse du cas peut être trouvée dans Cockburn, 1959, 108-110.
  40. ↑ Lindsay et al., 127; Cockburn, 1959, 110.
  41. ↑ Lindsay et al., 127-128; Cockburn, 1959, 108-109.
  42. ↑ Lindsay et al., 128-130; Cockburn, 1959, 109.
  43. ↑ Cockburn, 1959, 108.
  44. ↑ Cockburn, 1959, 111.
  45. ↑ Brown, et al; Archives nationales d'Écosse. Scone, Parlement, 1367/9/1, in Documents du Parlement d'Écosse jusqu'en 1707, base de données consultable. Date d'accès: 2 mars 2008; Watt, 1977, 115.
  46. ↑ Brown, et al .; Archives nationales d'Écosse. Perth, Parlement, 1369/3/5, in RPS, Date de consultation: 2 mars 2008; Watt, 1977, 115.
  47. ↑ Brown, et al .; Archives nationales d'Écosse. Perth, Parlement, 1369/3/5, in RPS, Date de consultation: 2 mars 2008.
  48. ↑ Penman, David II, p. 337, 381.
  49. ↑ Cockburn, Évêques médiévaux, p. 111; Penman, 2004, 384-385; Watt, 1977, 115; Penman omet Walter de la liste des évêques de Londres, mais Cockburn et Watt l'incluent.
  50. ↑ RPS, 1370/2/3. Date d'accès: 2 mars 2008; Watt, 1977, 115.
  51. ↑ Cockburn, 1959, 111; Dowden, 1912, 204; Watt, 1977, 115; Watt et Murray, 101.
  52. ↑ Dowden, 1912, 204; Watt, 1977, 115; Watt et Murray, 101; il est dit dans des documents pontificaux qu'il est "mort en dehors de la curie".

Les références

  • Barrell, A. D. M. 1999, «Dispositions papales en Écosse au XIVe et au début du XVe siècle», 215-225. dans Barbara E. Crawford. Church, Chronicle and Learning in Medieval Scotland: Essays Presented to Donald Watt on the Completion of the Publication of Bower's Scotichronicon. Édimbourg: Mercat Press, ISBN 0841830011
  • Bartlett, Robert. 2000. L'Angleterre sous les rois normand et angevin, 1075-1225. Oxford: Clarendon Press, ISBN 0199251010.
  • Boardman, Stephen. 1996. Les premiers rois Stewart: Robert II et Robert III, 1371-1406. East Linton: Tuckwell Press, ISBN 1898410437
  • Borthwick, Alan R. et Hector L. MacQueen. 1999, "'Rare Creatures for their Age': Alexander and David Guthrie, Graduate Lairds and Royal Servants", 227-233 dans Barbara E. Crawford. urch, Chronicle and Learning in Medieval Scotland: Essays Presented to Donald Watt on the Completion of the Publication of Bower's Scotichronicon. Édimbourg: Mercat Press. ISBN 0841830011.
  • Brown, Michael. 1998. The Black Douglases: War and Lordship in Late Medieval Scotland, 1300-1455. East Linton: Tuckwell Press, ISBN 1862320365.
  • Brown, Michael et Steve Boardman. 2005. «Survival and Revival: Late Medieval Scotland», 77-106 dans Jenny Wormald. Écosse: une histoire. Oxford: Oxford University Press. ISBN 0198206151.
  • Cockburn, James Hutchison. 1959. Les évêques médiévaux de Dunblane et leur église. Dunblane: Société des amis de la cathédrale de Dunblane.
  • Cowan, Ian B. et David E. Easson. 1976. Maisons religieuses médiévales: Ecosse Avec une annexe sur les maisons de l'île de Man, 2e éd., Londres et New York: Longman, ISBN 0582120691.
  • __________. 1967. Les paroisses de l'Écosse médiévale. Édimbourg: Neill & Co. Ltd.
  • Dowden, John. (1912), dans John Maitland Thomson. Les évêques d'Écosse: être des notes sur la vie de tous les évêques, sous chacune des vues, avant la réforme. Glasgow: James Maclehose and Sons.
  • Grant, Alexander. 1984. Indépendance et nationalité: Écosse, 1306-1469. Londres: Edward Arnold, ISBN 0713163097.
  • Innes, Cosmo Nelson, éd. Registrum Episcopatus Glasguensis; Munimenta Ecclesie Metropolitane Glasguensis a Sede Restaurata Seculo Incunte Xii Ad Reformatam Religionem. (1843) (Édimbourg: The Bannatyne Club, vol. I. 2. archive.org. Récupéré le 6 mars 2009.
  • Lindsay, William Alexander; John Dowden & John Maitland Thomson, éd. (1908), Chartes, taureaux et autres documents relatifs à l'abbaye d'Inchaffray provenant principalement des originaux du coffre à charte du comte de Kinnoull. Édimbourg: T. et A. Constable.
  • Oram, Richard, éd. 2001. Les rois et reines d'Ecosse. Stroud, Gloucestershire: Tempus Publishing Ltd, ISBN 0752419919.
  • Penman, Michael. 2004. David II, 1329-71. Édimbourg: Tuckwell Press Ltd / John Donald, ISBN 0859766039.
  • Watt, D.E. R. 1977. Un dictionnaire biographique des diplômés écossais à 1410 après J.-C. Oxford: Clarendon Press, ISBN 0198224478.
  • Watt, D. E. R. et A. L. Murray, éd. 2003. Fasti Ecclesiae Scotinanae Medii Aevi ad annum 1638, Édition révisée. Édimbourg: The Scottish Record Society, ISBN 0902054198.

Pin
Send
Share
Send