Je veux tout savoir

Wang Tao (XIXe siècle)

Pin
Send
Share
Send


Wang Tao (Chinois: 王韜 Pinyin: Wángtāo; 10 novembre 1828 - avril 1897) était un traducteur, réformateur, chroniqueur politique, éditeur de journaux et écrivain de la dynastie Qing. Il est né sous le nom de Wang Libin dans la ville de Puli (甫 里)1dans la préfecture de Suzhou (蘇州). Après avoir échoué à l'examen de la fonction publique en 1848, où il a été offert un emploi à la London Missionary Society Press, aidant Walter Henry Medhurst, William Muirhead, Joseph Edkins et William Charles Milne à traduire le Nouveau Testament et un certain nombre de textes scientifiques occidentaux en chinois. En 1862, Wang a été menacé d'arrestation pour avoir écrit une lettre aux rebelles de Taiping et s'est réfugié au consulat britannique, d'où il a été évacué vers Hong Kong. Là, il a aidé James Legge son Classiques chinois série de traductions. En 1867, il suivit Legge en Grande-Bretagne pour poursuivre le travail de traduction. En chemin, il a voyagé à travers la France et l'Angleterre et a pris des notes pour ses carnets de voyage.

En 1870, il retourne à Hong Kong et fonde la Zhong Hua General Printing House et la Tsun-wan yat-po (1874-1947) Héraut de circulation universel), premier quotidien chinois de l'histoire. En 1884, le gouvernement Qing, impressionné par son travail, lui pardonne. Il est retourné avec sa famille à Shanghai, a fondé la maison d'édition Tao Garden et est devenu le directeur du Gezhi College, où il a promu l'éducation de style occidental. Les écrits de voyage de Wang incluent son journal Jottings of Carefree Travel, Une histoire de France, La guerre franco-prussienne et Voyages au Japon. Outre des travaux savants, il a également écrit un grand nombre de poèmes classiques, d'essais, de lettres, une autobiographie et une collection d'histoires.

La vie

Wang Tao est né le 10 novembre 1828 sous le nom de Wang Libin dans la ville de Puli (甫 里) dans la préfecture de Suzhou (蘇州), province du Jiangsu. Après avoir échoué à l'examen de la fonction publique en 1848, il se rendit à Shanghai pour rendre visite à son père. Pendant son séjour à Shanghai, Wang Tao a visité la London Missionary Society Press. Il a été chaleureusement accueilli par Walter Henry Medhurst et ses filles Mary et Ellen.2 Wang Tao a également rencontré les missionnaires William Muirhead, Joseph Edkins et William Charles Milne, tous connaissant bien la langue chinoise parlée et écrite.

Travailler avec la London Missionary Society

En 1849, le père de Wang Tao est décédé et Wang Tao cherchait un moyen de subvenir aux besoins de sa famille. Walter Henry Medhurst lui a offert un emploi à la London Missionary Society Press à Shanghai, l'aidant à traduire le Nouveau Testament en chinois. Wang Tao a travaillé pour la London Missionary Society Press pendant les 13 années suivantes. Au cours de cette période, il a également traduit de nombreux livres anglais en chinois, en collaboration avec les missionnaires Alexander Wylie et Joseph Edkins. Ceux-ci comprenaient Optique picturale, Une introduction élémentaire à la mécanique, Histoire concise du commerce sino-britannique, et Une histoire de l'astronomie des pays occidentaux.

Refuge à Hong Kong

Le milieu du XIXe siècle a été une période de troubles en Chine. En 1860, la rébellion de Taiping avait capturé Suzhou, Changzhou et menaçait Shanghai. Pendant cette période, Wang Tao était en contact avec les dirigeants du royaume de Taiping. En 1862, il écrivit même une lettre, sous le pseudonyme Wang Wan, à un chef de Taiping, proposant des tactiques contre l'armée Qing et suggérant que les Occidentaux n'étaient pas l'ennemi de Taiping. Il a déclaré que le véritable ennemi était le gouvernement Qing; si l'armée de Taiping pouvait remporter la victoire sur l'armée de Qing dirigée par Zeng Guofan (曾國藩), alors les Occidentaux pourraient se ranger du côté du royaume de Taiping. Lorsque l'armée Qing a capturé Shanghai, cette lettre est tombée entre les mains du gouvernement Qing et l'empereur Tongzhi (同治 帝) a ordonné l'arrestation de Wang Tao. Le fils de Medhurst, le consul britannique, lui a donné refuge au consulat britannique, où il est resté plus de quatre mois. En octobre 1862, un Wang Tao déguisé, escorté par plusieurs personnes du consulat britannique, monta à bord d'un Ewo (怡和)3 expédier pour Hong Kong. C'est ainsi qu'il a quitté la patrie dans laquelle il ne devait pas retourner pendant 22 ans. À Hong Kong, il a changé son nom de Wang Libin en Wang Tao.

À Hong Kong, James Legge, le directeur du Collège anglo-chinois a invité Wang Tao à aider à la traduction de Les treize classiques chinois. En 1865, Legge et Wang avaient terminé la traduction de Shang Shu et Les annales du livre en bambou.

Déménagez en Écosse

Paris

En 1867, James Legge est retourné dans son Écosse natale, s'installant dans la petite ville de Dollar dans le Clackmannanshire. Il a écrit une lettre à Wang Tao, l'invitant à venir en Écosse pour continuer d'aider à la traduction de plus de classiques chinois. Wang Tao est monté à bord d'un navire et a quitté Hong Kong pour faire escale à Singapour, Ceylan, Penang, Aden, Messine et Le Caire avant d'atteindre Marseille.4 Le voyage de Hong Kong à Marseille a duré plus de 40 jours. Wang Tao a profité de l'occasion pour visiter toutes les escales. De Marseille, il prend un train pour Lyon, puis pour Paris. Il a visité le Louvre, et a également visité le sinologue Stanislas Julien à la Sorbonne. Après un court séjour d'un peu moins de deux semaines, Wang Tao a traversé la Manche de Calais à Douvres et a pris un train pour Londres. Après avoir visité Londres (le British Museum et d'autres sites), il s'est dirigé vers l'Écosse et s'est installé à Dollar.

Pendant son voyage, Wang Tao a noté ses impressions sur les endroits qu'il a visités. Il a ensuite recueilli une partie de ce matériel dans son carnet de voyage, Jottings de Carefree Travel (1890), le tout premier livre de voyage sur l'Europe par un universitaire chinois.

Le British Museum

En 1867, Wang Tao a été invité par le chambellan de l'Université d'Oxford pour prononcer un discours en chinois, le tout premier discours prononcé par un universitaire chinois à Oxford. Il a parlé de l'importance des échanges culturels entre l'Est et l'Ouest et a affirmé que le monde entier se dirigeait vers une datong (大同, grande unité - un concept utopique utilisé par Confucius). 5

Au printemps 1870, les traductions de divers classiques tels que Le livre des chansons, I Ching, (Dao De jing) et Le livre des rites ont été achevés. Au cours de la période de 1867 à 1870, Wang Tao a voyagé dans de nombreux endroits, y compris Édimbourg, Aberdeen, Huntly, Dundee et Glasgow , ou a fait de courts voyages au parc Rumbling Bridge, Castle Campbell, Tillicoultry, Alva et Stirling Castle; parfois accompagné de James Legge et de sa troisième fille, Mary.

Les notes de voyage sur ces lieux ont également été incluses dans Jottings of Carefree Travel.

Retour à Hong Kong

Ayant terminé sa partie dans la traduction des classiques chinois, Wang Tao retourna à Hong Kong à l'hiver 1870. À Hong Kong, il écrivit deux livres influents: Une brève introduction à la France et Rapport sur la guerre franco-prussienne. Ce dernier était très apprécié par les hauts mandarins du gouvernement Qing, dont Zeng Guofan, Li Hongzhang (李鴻章), et a ouvert la voie à sa grâce ultérieure par le gouvernement Qing.

En 1872, Wang Tao a acheté l'imprimerie de la mission de Londres à Hong Kong et a fondé la Zhong Hua General Printing House. Le 5 février 1874 6 Wang Tao a fondé Tsun-wan yat-po (1874-1947; Héraut de circulation universel), premier quotidien chinois de l'histoire. Lin Yutang a appelé Wang Tao le «père du journal chinois».

Au cours de sa carrière de dix ans en tant que rédacteur en chef de Universal Circulating Herald, Wang Tao a écrit près d'un millier d'éditoriaux appelant à la réforme du système politique chinois, proposant l'adoption d'une monarchie parlementaire de style britannique. Il a également appelé à une réforme du système éducatif par l'introduction de la science occidentale dans le programme; il a appelé à la création des industries du textile, des mines, des chemins de fer, des machines et des mines. Ses articles éditoriaux réformistes ont atteint un large public. Il est devenu de facto le précurseur du mouvement réformiste en Chine. Beaucoup de ses articles réformistes ont ensuite été publiés sous forme de volume: Collection d'essais du jardin Tao.

Visite au Japon

En 1879, à l'invitation de lettrés japonais, Wang Tao passe plus de quatre mois au Japon. Il a visité de nombreuses villes telles que Nagasaki, Nagoya et Tokyo, et les notes de ce voyage sont devenues l'un de ses livres: Voyage au Japon. 7

Au Japon, où qu'il aille, il est entouré de lettrés et monte parfois sur des chaises à porteurs portées par huit hommes.8 En tant qu'érudit qui avait vécu en Europe et qui avait une compréhension approfondie de la politique et de la culture européennes, il jouissait d'une très haute estime au Japon. Ses besoins de voyage ont été pris en charge par l'ambassade de Qing au Japon.

Wang Tao était apparemment très ému par son accueil chaleureux au Japon; il a écrit que lorsqu'il a quitté le Japon, il a été traité avec un grand dîner auquel ont assisté plus d'une centaine de célébrités, et qu'il n'a jamais pensé qu'il pourrait devenir si célèbre et important, car pendant sa jeunesse dans le canton de Puli, il n'était personne. "Quelle chance j'ai de recevoir un tel accueil de la part de savants étrangers à plusieurs milliers de kilomètres."

Retour à Shanghai

La renommée dont jouissait Wang Tao à l'étranger a dû avoir un impact sur le gouvernement Qing. En 1884, l'influent Li Hongzang a envoyé une lettre au gouverneur de Shanghai, écrivant: "Ce monsieur de Kunshan (昆山)9 est un génie rare avec des connaissances encyclopédiques. Dommage qu'il ait pris l'exil à Hong Kong; s'il est possible d'obtenir son service pour nous, cela ne nous dérange pas une rançon d'un roi. " 10

Au printemps 1884, Wang Tao et sa famille sont retournés à Shanghai et se sont installés dans le district de Wusong, où il a fondé la maison d'édition Tao Garden. Il s'est surnommé «le reclus du jardin Tao».

En 1886, Wang Tao est devenu le directeur du Gezhi College de Shanghai, où il a promu l'éducation de style occidental.

En 1890, Wang Tao a publié son récit de voyage, Jottings de Carefree Travels. Il a également travaillé à temps partiel pour Shen Pao et le Tribune internationale en tant que chroniqueur spécial; il a écrit près de deux cents histoires courtes pour Shen Pao, Le journal chinois le plus important de l'époque.

En avril 1897, à l'âge de 70 ans, Wang Tao décède à Shanghai.

Héritage

De nombreux lettrés chinois avant Wang Tao avaient introduit des idées occidentales et traduit des livres en chinois. Wang Tao a été le premier universitaire chinois à avoir participé à un échange culturel bilatéral: il a travaillé avec W. A. ​​Medhurst, A. Wylie et J. Edkins pour traduire des livres de religion occidentale et des textes scientifiques occidentaux en chinois; il a également joué un rôle important en aidant James Legge à traduire un grand nombre de grands classiques chinois anciens en anglais. Wang Tao a ainsi forgé un pont important entre la Chine et l'Occident.

Le Wang Tao Memorial Hall est situé dans une maison de style Qing au n ° 6. Zhongshi Street, canton de Luzhi, ville de Suzhou, Chine.

Travaux

Traductions de James Legge assistées de Wang Tao

(La liste ci-dessous est incomplète)
  • James Legge: Les livres sacrés de Chine. Le texte du confucianisme. (Oxford 1885)
  • Le livre du changement ISBN 0883560003
  • Livre d'histoire de Shu Ching
  • Lao Tsu
  • Le roi Hsiao ou classique de la piété filiale ISBN 1419166875
  • Les classiques chinois: les analectes confucéens, le grand savoir, la doctrine du méchant, les œuvres de Mencius. (réimpression), Oriental Book Store, ISBN 0899863531

Certaines des traductions énumérées ci-dessus sont disponibles en tant que livres électroniques pour aussi peu que 2 $ chacune, car personne ne détient le droit d'auteur. Cependant, certains des livres originaux sont maintenant des objets de collection rares, avec des prix aussi élevés que 4500 $.

Oeuvres de Wang Tao en anglais

  • Mon séjour à Hong Kong. Dans John et Kirstin Miller, Hong Kong. San Francisco: Chronicle Books, 1994.
  • Sélections de Jottings de Carefree Travels. Homme tu sui lu, Tr. Ian Chapman. Renditions 53/54
  • Écrits de Wang Tao. extraits. Dans Ssu-yu Teng et John K. Fairbank Réponse de la Chine à l'Occident: enquête documentaire, 1839-1923. Cambridge, MA: Harvard Univ. Press, 1954 réimprimé 2007, 137-142. ISBN 0674120256
  • McAleavy, H. Traduction de 'Mei-Li Hsiao Chuan. 媚 丽 小 传 , une nouvelle de Wang T'ao. 1953.

Traductions de l'anglais vers le chinois

  • Une histoire de l'astronomie des pays occidentaux. (Xiguo Tianxue Yuanliu), traduit avec A. Wylie en 1858
  • W. Whewell Un traité élémentaire de mécanique. traduit avec A. Wylie

Livres et articles en chinois

  • 普法战纪 Pu Fa Zhan Ji (Guerre franco-prussienne)
  • 法国志略 Bref historique de la France
  • 《淞滨琐话》 (Song Bin Shuo Hua) (Histoires du rivage de Wushong) ISBN 7536631979. Une collection de nouvelles écrites par Wang Tao après son retour à Shanghai, une histoire à la fois dans le journal, puis rassemblées sous forme de livre. Le style de ce livre d'histoire a été inspiré par Pu Song Ling Liao Zhai Zhi Yi Strange Stories from a Chinese Studio, par conséquent, ce livre était également réputé Liao Zhai Zhi Yi-The Sequel. La traduction de "Song bin" comme Shore of Wushong est une interprétation; dans ses dernières années, il a vécu dans le district de Wushong au nord de Shanghai.
  • 漫游随录图记 : Man Yiu Shui Lu Tu Ji ("Jottings et dessins de voyage sans soucis") ISBN 7806039562, 山东 画报 出版社 2004/2006. Ce livre a été publié pour la première fois à Shanghai en 1890, texte de Wang Tao, dessins de Zhang Zhi Yin: 50 des 51 illustrations du livre de Wang Tao "Man Yiu Shui Lu" ont été dessinées par Zhang Zhi Yin avant 1887 CE. ces dessins n'étaient pas des esquisses de scènes réelles.
  • 韬园文录外编 : (Collection d'essais du jardin Tao) ISBN 7806227873, 上海 书店 2002
  • Jing Shu Jie Chun (Une collection d'études en classiques)
  • Xi Shu Jie Chun (Une collection d'études sur les idées occidentales.)
  • Biographie de Stanislas Aignan Julien
  • Biographie du Dr Benjamin Hobson.

Remarques

  1. ↑ La ville d'eau 甫 里 Puli a été nommée d'après le poète de la dynastie Tang Lu Puli; Puli Town est maintenant le canton de Luzhi.

    La ville aquatique de Luzhi est à 18 km à l'est de la ville de Suzhou, maintenant sur la liste du patrimoine culturel mondial de l'UNESCO, également un site touristique A

    Presque toutes les références à propos de Wang Tao mentionnaient que Wang Tao était né dans le "comté de Wu"; seul Wang Tao lui-même a identifié son lieu de naissance comme canton PULI dans son 漫游 随 录 Man Yiu Shui Lu. Encyclopedia Britannica a le lieu de naissance de Wang Tao translittéré incorrectement comme Fu-li-chen.甫 peut en effet être prononcé comme fu, mais (甫 里) est Pu-li, ne pas Fu-li; une syllabe mal causée Encyclopedia Britannica pour déplacer la ville natale de Wang Tao de Suzhou en Mandchourie.

  2. ↑ Les noms de W.H. Les filles de Medhurst ont été données par Wang Tao en chinois Ma-Li et Ai-lun dans son livre: 漫游 随 录 Homme Yiu Shui Lu Tu Shu. Chapitre 8, «Voiles et mâts sur la rivière WangPu».
  3. ↑ Ewo, le nom chinois de Jardine Matheson. Le nom du navire a été appelé "Lu Na" dans le livre de Wang Tao. Était-ce Luna? Aucune liste de navires Jardine Matheson à la fin du XIXe siècle, circulant entre Shanghai et Hong Kong n'a été trouvée pour confirmer le nom.
  4. ↑ Les noms de toutes les escales lors du voyage de Wang Tao de Hong Kong à l'Angleterre se trouvent dans Wang Tao's Man Yiu Shui Lu. Vol 1, Vol 2.
  5. ↑ Pour plus de détails sur le discours de Wang Tao à Oxford, voir le chapitre "Lun Dun Xiao Yie" (Stop Over à Londres) dans le livre Man Yiu Shui Lu par Wang Tao.
  6. ↑ Paul Cohen a cité Hummel dans "Les éminents Chinois de la période Ch'ing" (1943-44), a déclaré la date du premier numéro de Tsun wan yat Po était le 5 janvier 1874. Cependant, un chercheur chinois a localisé le deuxième numéro dudit journal, la date était le 5 février 1874, également une copie de reproduction de taille réduite du premier numéro de ce journal, la date était le 4 février 1874.
  7. ↑ Cette liste des villes japonaises visitées par Wang Tao est une liste incomplète de la préface de Wang Tao à son livre Man Yiu Shui Lu.
  8. ↑ Porté par une berline de huit personnes, voir Wang Tao. "Préface" à Man Yiu Shui Lu.
  9. ↑ Kunshan est une ville à l'est de la ville de Luzhi. Lorsque Wang Tao avait 16 ans, il a passé un examen à la préfecture de Kunshan. Voir son livre Man Yiu Shui Lu, article "Deng Shan Yian Tiao" ("Vue depuis la colline")
  10. ↑ Voir "Introduction" de Wang Jia Ju pour Homme Yiu Shui Lu Tu Shuo. La déclaration de Li Hongzhan était à l'origine en chinois.

Les références

  • Cohen, Paul A. Entre tradition et modernité Wang T'ao et réforme à la fin de la Chine Ch'ing. Harvard East Asian series, 77. Cambridge: Harvard University Press, 1974. ISBN 9780674068759
  • McAleavy, Henry. Wang T'ao la vie et les écrits d'une personne déplacée. China Society, 1953. Série d'articles occasionnels, no. 7. Société chinoise. Une conférence donnée à la China Society de Londres le 22 mai 1952.
  • Miller, John et Kirsten Miller. Hong Kong, édité par John et Kirsten Miller. Chroniques à l'étranger. San Francisco: Chronicle Books, 1994. ISBN 0811806804

Pin
Send
Share
Send