Je veux tout savoir

Otto Weininger

Pin
Send
Share
Send


Otto Weininger (3 avril 1880-4 octobre 1903) était un philosophe autrichien. En 1903, il publie le livre Geschlecht und Charakter (Sexe et caractère) qui a gagné en popularité après le suicide de Weininger à l'âge de 23 ans. Aujourd'hui, le livre est souvent rejeté comme misogyne, homophobe et antisémite par la plupart des milieux universitaires;1 cependant, il continue d'être considéré comme une grande œuvre de génie durable et de sagesse spirituelle par d'autres, notamment le philosophe Ludwig Wittgenstein.2 Ses applications des catégories du masculin et du féminin sont larges et en décalage avec la plupart des attitudes contemporaines, en particulier à une époque qui rejette les catégories en faveur de l'individualisme radical.

La vie

Otto Weininger est né le fils de l'orfèvre juif, Léopold Weininger, et son épouse, Adelheid. Weininger était un étudiant doué. Après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires en juillet 1898, il s'est inscrit à l'Université de Vienne. Il a étudié principalement la philosophie et la psychologie mais aussi les sciences naturelles et la médecine. Il parlait couramment plusieurs langues.

À l'automne 1901, Weininger essaya de trouver un éditeur pour son œuvre "Eros et la psyché" - qu'il soumit comme thèse en 1902. Il rencontra Sigmund Freud qui, cependant, ne recommanda pas le texte à un éditeur. Ses professeurs ont accepté la thèse et Weininger a obtenu son doctorat. diplôme. Peu de temps après, il est devenu fièrement et avec enthousiasme un protestant.

Après avoir voyagé à travers l'Europe pendant un certain temps, il est retourné à Vienne. À l'époque, il a commencé à souffrir de crises de dépression.

En juin 1903, après des mois de travail intense, les éditeurs viennois Braumüller & Co. publient son livre Sexe et caractère - une enquête fondamentale-une tentative "de placer les relations sexuelles sous un jour nouveau et décisif".

Bien que le livre n'ait pas été reçu négativement, il n'a pas créé l'agitation qu'il attendait.

Le 3 octobre, il a pris une chambre dans la maison de la Schwarzspanierstraße 15 où Beethoven est décédé. Le lendemain matin, Weininger a été retrouvé gisant complètement par terre, inconscient, avec une blessure à la partie gauche de la poitrine. Il a été transporté d'urgence à l'hôpital, où il est décédé, à l'âge de vingt-trois ans.

Sexe et caractère

Dans son livre Sexe et caractère, Weininger fait valoir que toutes les personnes sont composées d'un mélange de la substance masculine et de la substance féminine, et tente de soutenir scientifiquement son point de vue. L'aspect masculin est actif, productif, conscient et moral / logique, tandis que l'aspect féminin est passif, improductif, inconscient et amoral / alogique. Weininger soutient que l'émancipation devrait être réservée à la "femme masculine", par ex. certaines lesbiennes, et que la vie féminine est consommée avec la fonction sexuelle: à la fois avec l'acte, en tant que prostituée, et le produit, en tant que mère. La femme est un «entremetteur». En revanche, le devoir de l'homme, ou l'aspect masculin de la personnalité, est de s'efforcer de devenir un génie et de renoncer à la sexualité pour un amour abstrait de l'absolu, Dieu, qu'il trouve en lui-même.

Une partie importante de son livre porte sur la nature du génie. Weininger fait valoir qu'il n'y a pas de personne qui a un génie pour, disons, les mathématiques ou la musique, mais il n'y a que le génie universel, en qui tout existe et a du sens. Il pense qu'un tel génie est probablement présent dans toutes les personnes à un certain degré.

Dans un chapitre séparé, Weininger, lui-même juif converti au christianisme en 1902, analyse le juif archétypal comme féminin, et donc profondément irréligieux, sans véritable individualité (âme), et sans sens du bien et du mal. Le christianisme est décrit comme «l'expression la plus élevée de la plus haute foi», tandis que le judaïsme est appelé «l'extrême de la lâcheté». Weininger dénonce la décadence des temps modernes et l'attribue en grande partie aux influences féminines et donc juives. Par le calcul de Weininger toutes les personnes montre une certaine féminité, et ce qu'il appelle la «judéité».

Ce n'est certainement pas un hasard si Weininger s'est suicidé dans la maison de Vienne où Beethoven était mort, l'homme qu'il considérait comme l'un des plus grands génies de tous. Cela l'a transformé en quelque chose d'un cause célèbre, a inspiré plusieurs imitations de suicides et a fait de son livre un succès. Le livre a reçu des critiques élogieuses d'August Strindberg, qui a écrit qu'il avait "probablement résolu le plus dur de tous les problèmes", le "problème des femmes".

Héritage

Influence sur Wittgenstein

Ludwig Wittgenstein a lu le livre en tant qu'écolier et en a été profondément impressionné, le répertoriant plus tard comme l'une de ses influences et le recommandant à des amis (Ray Monk: Ludwig Wittgenstein, Le devoir du génie, 1990). Cependant, la profonde admiration de Wittgenstein pour la pensée de Weininger était associée à un désaccord fondamental avec sa position. Wittgenstein a écrit à G.E. Moore: "Il n'est pas nécessaire ou plutôt pas possible d'être d'accord avec lui mais la grandeur réside dans ce avec quoi nous ne sommes pas d'accord. C'est son énorme erreur qui est grande." Les thèmes de la décadence de la civilisation moderne et du devoir de perfectionner son génie reviennent à plusieurs reprises dans les écrits ultérieurs de Wittgenstein.

Weininger et les nazis

L'un des aspects les plus douteux de l'héritage de Weininger est que des parties isolées des écrits de Weininger ont été utilisées par la propagande nazie, tout comme certains des écrits de Friedrich Nietzsche, malgré le fait que Weininger se soit activement opposé aux idées de race qui ont été identifiées avec les nazis. D'un autre côté, les vues de Weininger sur la race ne peuvent être réduites à un libéralisme égalitaire simpliste: "Un génie n'a peut-être presque jamais fait son apparition parmi les nègres, et le niveau de leur moralité est presque universellement si bas qu'il commence à être reconnu en Amérique que leur émancipation était un acte d'imprudence. "3 "La grandeur est absente de la nature de la femme et du Juif, de la grandeur de la morale ou de la grandeur du mal. Chez l'homme aryen, les bons et les mauvais principes de la philosophie religieuse de Kant sont toujours présents, toujours en conflit. Chez le Juif et la femme, le bien et le mal ne sont pas distincts les uns des autres… Il ne serait pas difficile de faire valoir que le Juif est plus saturé de féminité que l'Aryen, à tel point que le Juif le plus viril est plus féminin que le moins viril aryen. "4

Bien qu'apocryphe probablement, Adolf Hitler aurait dit quelque chose comme «il n'y avait qu'un seul juif décent, et il s'est suicidé».5 Néanmoins, les livres de Weininger ont été dénoncés par les nazis, probablement parce que Weininger a encouragé les femmes à penser par elles-mêmes et à déterminer leur propre avenir, ce qui allait directement à l'encontre de l'idée nazie du rôle des femmes dans la société.

Remarques

  1. ↑ Nancy Harrowitz, Barbara Hyams (éd.), Juifs et genre: réponses à Otto Weininger(Philadelphie: Temple University Press, 1995, ISBN 1-56639-249-7).
  2. ↑ «Otto Weininger sur Internet», produit par le traducteur du «Carnet et lettres à un ami» de Weininger Récupéré le 7 février 2008.
  3. Sexe et caractère (New York: G.P. Putnam, 1906), 302.
  4. Sexe et caractère (New York: G.P. Putnam, 1906), 189.
  5. ↑ Hitler a dit: "Dietrich Eckart m'a dit que dans toute sa vie, il n'avait connu qu'un seul bon juif: Otto Weininger, qui s'est suicidé le jour où il s'est rendu compte que le juif vit de la décadence des peuples" - Adolf Hitler, Monologe im Führerhauptquartier. 1941-1944, éd. Werner Lochmann (Hambourg. 1980), 148. Rien n'indique qu'Eckart ait essayé d'être factuel dans son récit de la mort de Weininger.

Oeuvres de Weininger

  • Weininger, Otto. Sélection d'œuvres téléchargeables Œuvres d'Otto Weininger Récupéré le 7 février 2008.
  • Weininger, Otto. Geschlecht und Charakter: Eine prinzipielle Untersuchung. Vienne, Leipzig 1903. traduction en ligne - version originale en allemand Récupéré le 7 février 2008.
  • Weininger, Otto. Aphorismes collectés, cahier et lettres à un ami, Édité et traduit par Kevin Solway et Martin Dudaniec, 2002. traduction en ligne Récupéré le 7 février 2008.
  • Weininger, Otto. Sexe et caractère: une enquête sur les principes fondamentaux. Ladislaus Löb (trans.) Indiana University Press, 2005. ISBN 0-253-34471-9
  • Weininger, Otto. Une traduction de Über die letzten Dinge de Weininger (1904/1907) / On Last Things. Steven Burns (trans.) Edwin Mellen Press, 2001. ISBN 0-7734-7400-5

Les références

  • Abrahamsen, David. L'esprit et la mort d'un génie. New York: Columbia University Press, 1946. OCLC 531871
  • Harrowitz, Nancy et Barbara Hyams (éd.). Juifs et genre: réponses à Otto Weininger. Philadelphie: Temple University Press, 1995. ISBN 1-56639-249-7
  • Sengoopta, Chandak. Otto Weininger: sexe, science et soi dans la Vienne impériale. University of Chicago Press, 2000. ISBN 0-226-74867-7
  • Stern, David G. et Béla Szabados (éd.). Wittgenstein lit Weininger. New York: Cambridge University Press, 2004. ISBN 0-521-53260-4

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 8 janvier 2019.

Pin
Send
Share
Send