Je veux tout savoir

Dynastie Kadamba

Pin
Send
Share
Send


le Dynastie Kadamba (Kannada: ಕದಂಬರು) (345 - 525 de notre ère) désigne une ancienne dynastie royale du Karnataka qui régnait de Banavasi dans l'actuel district d'Uttara Kannada. Plus tard, la dynastie a continué à régner en tant que féodaire des grands empires Kannada, les empires Chalukya et Rashtrakuta pendant plus de cinq cents ans, période pendant laquelle ils se sont ramifiés à Goa et Hanagal. Au sommet de leur pouvoir sous le roi Kakushtavarma, ils ont gouverné de grandes parties du Karnataka. Pendant l'ère pré-Kadamba, les familles dirigeantes qui contrôlaient le Karnataka, les Mauryas, les Satavahanas et les Chutus avaient immigré dans la région et le noyau du pouvoir résidait en dehors du Karnataka actuel. Les Kadambas sont apparus comme la première dynastie indigène à utiliser le kannada, la langue du sol au niveau administratif. Dans l’histoire du Karnataka, cette époque sert de point de départ historique pour l’étude du développement de la région en tant qu’entité géopolitique durable et du kannada en tant que langue régionale importante.

Mayurasharma a fondé la dynastie en 345 de notre ère, montrant parfois le potentiel de se développer en proportions impériales, une indication fournie par les titres et les épithètes assumés par ses dirigeants. L'un de ses successeurs, Kakusthavarma a régné en tant que puissant souverain et même les rois de la dynastie impériale Gupta du nord de l'Inde ont cultivé des relations conjugales avec sa famille, donnant une bonne indication de la nature souveraine de leur royaume. Fatigué des batailles sans fin et des effusions de sang, l'un des descendants ultérieurs, le roi Shivakoti a adopté le jaïnisme. Les Kadambas vivaient de façon contemporaine avec la dynastie des Ganga occidentaux de Talakad et, ensemble, ils ont formé les premiers royaumes indigènes pour gouverner la terre avec une autonomie absolue.

La dynastie Kadamba s'est effondrée avant que Mohammed et l'Islam n'apparaissent sur les lieux dans les années 600. Même si les grands empires hindous tomberaient aux mains des États musulmans, la puissante influence de l'hindouisme et du jaïnisme continuerait. Une grande partie de cette force remonte à la dynastie Kadamba. Le déclin de la dynastie après moins de 200 ans semble avoir été déclenché par des conflits au sein de la famille dirigeante et des conflits avec les Gangas et les Pallavas. Ravivarma, qui a régné à partir de 485, a été le dernier souverain à étendre le royaume. Bien que d'une dynastie de courte durée, moins de deux siècles, l'influence de Kadamba s'est transmise aux dynasties qui ont suivi, faisant sentir sa présence encore aujourd'hui.

Histoire

Kadamba Kings (345-525) (Banavasi Kings) Mayurasharma (345 - 365) Kangavarma (365 - 390) Bagitarha (390 - 415) Raghu (415 - 435) Kakusthavarma (435 - 455) Santivarma (455 -460) Mrigeshavarma (460 - 480 ) Shivamandhativarma (480 - 485) Ravivarma (485 - 519) Harivarma (519 - 525) (Branche Triparvatha) Krishna Varma I (455) VishnuvarmaSimhavarmaKrishna Varma II Pulakesi I
(Chalukya) (543-566)L'inscription d'Halmidi au village d'Halmidi en date de 450 de notre ère (Dynastie Kadamba)

Les mythes abondent sur l'origine des Kadambas. Selon un récit, Trilochana Kadamba, également connu dans les registres Halsi et Degamve comme Jayanta, qui avait trois yeux et quatre bras a fondé la dynastie.1 Né de la sueur de Shiva, tombée sous un arbre Kadamba, il a reçu le Kadamba. Selon un autre mythe, le Seigneur Shiva et la terre mère ont donné naissance à Mayurasharma, ayant trois yeux. Encore une autre légende raconte que Mayurasharma était né d'une sœur de Jain Thirtankara Ananda Jinavritindra sous un arbre Kadamba. Toutes ces légendes provenaient des enregistrements des derniers Hangal Kadambas et Kadambas de Goa.2

Selon Grama Paddhati, une œuvre de Kannada traitant de l'histoire des Tulu Brahmanas, Lord Shiva et la déesse Parvathi ont donné naissance à Mayurasharma sous un arbre Kadamba dans les montagnes Sahyadri et donc le nom Kadamba. Une inscription des Nagarakhanda Kadambas, une dernière dynastie descendante, donne un récit légendaire et retrace leur lignée jusqu'aux Nandas. Selon l'inscription, le roi Nanda, qui n'avait pas d'héritier, a prié le Seigneur Shiva dans les montagnes de Kailash lorsqu'une voix céleste l'a informé que deux fils lui seraient nés, porteraient le nom de Kadamba Kula (famille) et ils devraient être formés à l'utilisation des armes.3

Théories d'origine dynastie

Il existe deux théories sur l'origine de la dynastie Kadamba, une origine indigène Kannadiga et l'autre une origine nord-indienne. La mention de l'origine indienne du Nord des Kadambas n'apparaît que dans leurs derniers registres de leur dynastie descendante dérivée, réputée légendaire. Le premier record faisant cette réclamation est venu des inscriptions de 1053 et 1055 de Harikesari Deva, copiées dans les inscriptions par la suite, décrivant Mayurasharma comme l'ancêtre du royaume qui a établi sa puissance au sommet du mont Himavat. Mais cette théorie a peu de soutien populaire car les premiers enregistrements manquent de mythe. Les familles royales du Deccan au XIe siècle concoctaient souvent des théories d'origine nordique. Au contraire, la famille tire son nom de l'arbre Kadamba commun uniquement à la région de l'Inde du Sud.4

Les historiens se sont divisés sur la question de la caste de la famille Kadamba, si les fondateurs du royaume appartenaient à la caste brahmane comme le prétend l'inscription Talagunda, ou s'ils étaient d'origine tribale. On a prétendu que les Kadambas étaient une tribu appelée Kadambu, en conflit avec le royaume de Chera (du Tamil Nadu moderne - région du Kerala). Les Kadambus trouvent la mention dans la littérature tamoule Sangam comme adorateurs totémiques de l'arbre Kadambu et du dieu hindou Subramanya, une divinité populaire en Inde du Sud.5 Alors que certains historiens ont fait valoir qu'ils venaient de la descendance brahmane, faisant des ancêtres de Mayurasharma originaires du nord de l'Inde, le contre-argument explique que les peuples dravidiens ont généralement reçu la caste brahmanique au début et à la fin de l'époque médiévale. Étant originaires de Kannadigas, les Kadambas ont rapidement accordé une importance administrative et politique à leur langue, le kannada, après leur arrivée au pouvoir.6 Le raisonnement continue que la famille des Kadambas est sans aucun doute issue de la lignée kanarese et peut avoir été admise dans la caste brahmanique. Les Kadambas étaient essentiellement des Mysoréens. La descendance Naga des Kadambas a également été mentionnée dans les premières inscriptions du roi Krishna Varma I, ce qui confirme que la famille est originaire du Karnataka actuel.7

Les inscriptions en sanskrit et en kannada sont les principales sources de l'histoire de Kadamba. Les inscriptions de Talagunda, Gundanur, Chandravalli, Halasi et Halmidi constituent certaines des inscriptions importantes qui éclairent cette ancienne famille régnante du Karnataka. Ils appartenaient à la Manavya Gotra et de Haritiputras (lignée), qui les relie aux Chutus natifs de Banavasi, un féodateur de l'empire Satavahana. Les inscriptions Talagunda et Gundanur en attestent.8 Des inscriptions des Kadambas en Kannada et en sanskrit attribuées aux principaux royaumes de la dynastie et de la branche ont été publiées par les historiens. 21 Kannada et deux inscriptions en sanskrit ont été déchiffrées et publiées par George M. Moraes.9

Les Kadambas ont frappé des pièces avec des légendes Nagari, Kannada et Grantha qui fournissent une preuve numismatique supplémentaire de leur histoire.10 Des pièces avec des légendes Kannada ont été découvertes sous le règne des Kadambas.11 Les kadambas ont été les premiers dirigeants à utiliser le kannada comme langue administrative officielle supplémentaire, comme en témoigne l'inscription Halmidi.12 L'ère de la dynastie Kadamba-Ganga occidental avait été d'une importance capitale pour la langue kannada car ces dirigeants ont d'abord accordé à la langue kannada le statut de langue officielle.13 Trois inscriptions en kannada de leur premier règne de Banavasi ont été découvertes. Plusieurs pièces de la première dynastie Kadamba portant l'inscription Kannada Vira et Skandha avait été trouvé dans le collectorat de Satara. Les pièces ont été conservées à la section archéologique du musée Prince of Wales of Western India, Mumbai. Une pièce d'or du roi Bhagiratha (390-415 de notre ère) portant l'ancienne légende de Kannada Sri et Bhagi existe aussi. Découverte récente d'une pièce de cuivre Kadamba du cinquième siècle à Banavasi avec inscription script Kannada Srimanaragi sur elle prouve plus loin l'utilisation de Kannada au niveau administratif.

L'une de leurs premières inscriptions, l'inscription Talagunda de Santivarma (450) donne ce qui peut être la cause la plus possible de l'émergence du royaume de Kadamba. Il déclare que Mayurasharma était originaire de Talagunda (dans l'actuel district de Shimoga) et que sa famille tire son nom de l'arbre Kadamba qui poussait près de chez lui.14 L'inscription raconte comment Mayurasharma s'est rendu à Kanchi en 345 avec son gourou et son grand-père Veerasarma pour poursuivre ses études védiques dans une Ghatika (école). Là, en raison d'un malentendu entre lui et un garde Pallava à un Ashvasanstha (un lieu de sacrifice de chevaux), une querelle a éclaté au cours de laquelle le garde a humilié Mayurasharma.

En colère, le Brahmana arrêta ses études, quitta Kanchi, jurant vengeance sur l'impudent Pallavas et prit les armes. Il a rassemblé un groupe fidèle de partisans et a mis en déroute les armées de Pallava près de la région de Srisilam. Après une longue période de guerre de faible intensité contre les Pallavas et d'autres petits rois tels que les Brihad-Banas de la région de Kolar, il a proclamé l'indépendance. Incapable de le contenir, les Pallavas ont dû accepter sa souveraineté. L'inscription Talagunda de 450 états du Mayurasharma avait été l'ancêtre du royaume. L'inscription donne une description graphique des événements de Kanchi: "Que la main agile pour saisir la Kusha (herbe), le carburant et les pierres, la louche, le beurre fondu et le récipient d'oblation, dégaine une épée flamboyante, désireuse de conquérir la terre."

Ainsi, le premier royaume natal du Karnataka est né d'un acte d'indignation juste, le roi Pallava Skandavarman condescendant à reconnaître la puissance croissante des Kadambas au sud du fleuve Malaprabha en tant que puissance souveraine.15 Le fait que Mayurasharma ait dû se rendre à Kanchi éloigné pour des études védiques donne une indication que la tradition védique avait été assez rudimentaire dans la région à cette époque. L'inscription Gudnapur récemment découverte indique que Virasarma avait été le grand-père et le précepteur de Mauryasharma, et son père, Bandhushena, a développé le caractère d'un Kshatriya. B.R. Gopal a découvert l'inscription.16

Le fils de Mayurasharma, Kangavarma, lui a succédé en 365; il a dû combattre la puissance Vakataka pour protéger Kuntala. Vakataka Prithvisena l'a vaincu, mais il a réussi à maintenir sa liberté. Son fils Bhagiratha a récupéré les pertes de son père, mais les inscriptions Vakataka n'en témoignent pas. L'inscription Talagunda décrit Bhagiratha comme le seul seigneur de la terre Kadamba et le grand Sagara lui-même, indiquant qu'il peut avoir récupéré leurs pertes contre les Vakatakas, 17 Son fils, Raghu, est mort en combattant les Pallavas. Son frère Kakusthavarma, le dirigeant le plus féroce et le plus puissant du royaume, lui succède. Il a maintenu des relations similaires avec les Bhatari, les Alupas du Sud Canara et la dynastie des Ganga occidentaux de Gangavadi selon l'inscription Talagunda. Le grand poète Kalidasa avait visité sa cour.

Après Kakusthavarma, seul Ravivarma qui accéda au trône en 485 réussit à bâtir le royaume. Une série d'affrontements au sein de la famille, mais aussi contre les Pallavas et les Gangas, a marqué son règne. Il a reçu des crédits pour avoir vaincu les Vakatakas, étendant son royaume aussi loin au nord que la rivière Narmada. Le nœud de leur royaume était essentiellement constitué de la plupart des régions du Karnataka, de Goa et du sud du Maharashtra actuel. Après sa mort, le royaume a décliné en raison de querelles familiales. Les assiettes Birur de Kadamba Vishnuvarman appellent Shantivarman "Le maître de toute la région du Karnataka". La branche de Triparvatha qui s'est détachée en 455 a régné sur Murod à Belgaum pendant un certain temps et a fusionné avec le royaume principal de Banavasi pendant le règne de Harivarma. Enfin, le royaume est tombé aux prouesses des Badami Chalukyas. Les Kadambas devinrent par la suite des féodaux des Badami Chalukyas et plus tard des Rashtrakutas et Kalyani Chalukyas. Les successeurs de Mayurasharma ont pris le nom de "varma" pour indiquer leur statut de Kshatriya.

Administration

Fait partie d'une série surHistoire du KarnatakaOrigine du nom du KarnatakaKadambas et GangasDynastie de ChalukyaDynastie de RashtrakutaEmpire de Chalukya occidentalKalachuri méridionalEmpire de HoysalaEmpire de VijayanagaraSultanat de BahamaniSultanat de Bijapur Histoire politique du Karnataka médiéval Royaume de MysoreUnification du Karnataka
Sociétés ÉconomiesArchitectures Forts

Les rois de Kadamba se sont appelés Dharmamaharajas comme les rois Satavahana. Le Dr Mores a identifié divers postes ministériels et autres dans le royaume à partir d'inscriptions. Le Premier ministre (Pradhana), Steward (Manevergade), secrétaire du conseil (Tantrapala ou Sabhakarya Sachiva), anciens universitaires (Vidyavriddhas), médecin (Deshamatya), Sécrétaire privée (Rahasyadhikritha), secrétaire en chef (Sarvakaryakarta), juge en chef (Dharmadhyaksha) et autres fonctionnaires (Bhojaka et Ayukta). L'armée était composée d'officiers comme Jagadala, Dandanayaka et Senapathi.

Un prince héritier de la famille royale a aidé le roi dans l'administration. Les princesses de la famille royale ont été nommées gouverneurs de diverses provinces. Le roi Kakusthavarma avait nommé son fils Krishna vice-roi de la région de Thriparvataha. Cela s'est avéré plus tard préjudiciable au royaume car il a donné l'occasion de dissocier les factions du royaume.

Le royaume divisé en Mandalas (provinces) ou Desha. Sous un Mandala a été Vishayas (les quartiers). Un total de neuf Vishaya a été identifié.18 Sous un Vishaya a été Mahagramas (Taluk) et Dashagramas (Hobli). Mahagrama avait plus de villages que Dashagramas. Un sixième des produits de la terre devait être payé comme impôt. Taxes incluses Perjunka (prélèvement sur la charge), Vaddaravula (taxe de sécurité sociale pour la famille royale), Bilkoda (taxe salex), Kirukula (impôt foncier), Pannaya (taxe sur le bétel) et autres taxes professionnelles sur les commerçants.

Culture

Religion

Les Kadambas ont suivi l'hindouisme védique. Le fondateur, Mayurasharma était un brahmane de naissance, mais plus tard ses successeurs ont changé leur nom de famille en Varma pour indiquer leur statut Kshatriya. Certains rois de Kadamba comme Krishna Varman ont exécuté la sacrifice de cheval (Ashwamedha). Leur inscription Talagunda commence par une invocation de Lord Shiva tandis que les inscriptions Halmidi et Banavasi commencent par une invocation de Lord Vishnu. Ils ont construit le temple Madhukesvara, considéré comme leur divinité familiale. De nombreux disques comme le Kudalur, les disques Sirsi parlent de subventions accordées par eux aux savants brahmanes ainsi qu'aux viharas bouddhistes.

Les Kadambas ont également patronné le jaïnisme et construit de nombreux temples jaïns dispersés autour de Banavasi, Belgaum, Mangalore et Goa. Les rois et reines de la dynastie ont gagné la renommée pour leur soutien à la littérature, aux arts et aux subventions libérales aux temples et aux établissements d'enseignement. Plusieurs descendants se dispersent autour de Goa, Belgaum, Mangalore et Bangalore. Adikavi Pampa a hautement parlé de ce royaume dans ses écrits, comme l'indiquent ses célèbres citations sur Banavasi: Aaramkushamittodam nenevudenna manam banavasi deshamam (Je chérirai les doux souvenirs de Banavasi même quand il sera torturé), Maridumbiyagi mEN Kogileyagi puttuvudu nandanadol Banavasi deshadol (Comme abeille ou comme rossignol devrait-on naître ici dans ce beau pays de Banavasi).16

Architecture

Kadamba shikara (tour) avec Kalasa (pinacle) sur le dessus, Doddagaddavalli

La contribution des Kadambas au patrimoine architectural du Karnataka mérite certainement d'être reconnue.19 Le style Kadamba a des caractéristiques distinctives, y compris quelques points communs avec les styles Chalukyan et Pallava. Ils s'inspiraient de la tradition architecturale des Satavahanas. Shikara, appelé Kadamba Shikara, constitue la caractéristique la plus importante de leur architecture. le Shikara a une forme pyramidale et monte en gradins, sans aucune décoration, avec un Stupika ou Kalasha au sommet. Ce style de Shikara avait été utilisé plusieurs siècles plus tard dans le temple Doddagaddavalli Hoysala et les temples Mahakuta à Hampi. Certains de leurs temples utilisaient également des fenêtres grillagées perforées. En architecture et en sculpture, les Kadambas ont contribué à la fondation du style Chalukya-Hoysala.20
le Madhukeshwara (Lord Shiva) temple construit par eux existe toujours à Banavasi. Construit au Xe siècle et rénové à plusieurs reprises, le temple représente le summum de leur art. La pierre taillée avec de magnifiques sculptures attire de nombreux amateurs du magnifique art du temple.

Impact

Kadambotsava ("Le festival de Kadamba"), représente un festival célébré chaque année par le gouvernement du Karnataka en l'honneur de ce royaume.21 Un film populaire de Kannada des années passées Mayura avec le Dr Raj Kumar célèbre la création du premier royaume Kannada.
Le 31 mai 2005, le ministre de la Défense Pranab Mukherjee a mis en service à Karwar la première base navale militaire la plus avancée et la plus dédiée de l'Inde, nommée INS Kadamba, après la dynastie Kadamba.22

Remarques

  1. ↑ George M. Moraes, Le Kadamba Kula, une histoire du Karnataka ancien et médiéval (Services éducatifs asiatiques, 1990), 8.
  2. ↑ Moraes, Kadamba Kula, 7.
  3. ↑ Moraes, p. 8.
  4. ↑ Moraes, p. dix.
  5. ↑ Chopra et al. (2003), p. 161.
  6. ↑ Sahitya Akademi, p. 1717.
  7. ↑ Moraes, p. 10-11.
  8. ↑ Kamath, Karnataka, pp. 30-39.
  9. ↑ Moraes, p. 387-474.
  10. ↑ Govindaraya S.Prabhu, Indian Coins-Dynasties of South-Kadambas (1er novembre 2001) Récupéré le 22 juin 2008.
  11. ↑ Kamath, p. 12.
  12. ↑ Muralidhara Khajane, le village d'Halmidi enfin sur la voie de la reconnaissance, The Hindu, lundi 3 novembre 2003 Récupéré le 22 juin 2008.
  13. ↑ K.V. Ramesh, Chalukyas de Vatapi, p. dix.
  14. ↑ Kamath, p. 30.
  15. ↑ Ramesh, p. 3.
  16. 16.0 16.1 Mangalore Arthikaje, History of Karnataka-Kadambas of Banavasi, OurKarnataka.com Récupéré le 23 juin 2008.
  17. ↑ Kamath, p. 32.
  18. ↑ Kamath, p. 35.
  19. ↑ Jyotsna Kamat, Ancient City of Banavasi, Kamat's Potpourri Récupéré le 23 juin 2008.
  20. ↑ Kamath, p. 37-38.
  21. ↑ Kadambotsava à Banavasi à partir d'aujourd'hui, The Hindu, 20 janvier 2006 Récupéré le 23 juin 2008.
  22. ↑ L'Inde ouvre une importante base navale à Karwar, Defense Industry Daily Récupéré le 23 juin 2008.

Les références

  • Chopra, Pran Nath, T. K. Ravindran et N. Subrahmanian. 1979. Histoire de l'Inde du Sud. New Delhi: S. Chand, partie 1. OCLC 6357526
  • Datta, Amaresh. 1987. Encyclopédie de la littérature indienne. New Delhi: Sahitya Akademi, vol. 2. OCLC 16957285
  • Kāmat, Sūryanātha. 1980. Une histoire concise du Karnataka: de la préhistoire à nos jours. Bangalore: Archana Prakashana. OCLC 7796041
  • Moraes, George M. Le Kadamba Kula: histoire du Karmataka ancien et médiéval. Bombay: Punthi Pustak. OCLC 48330278
  • Ramesh, K. V. 1984. Chalukyas de Vātāpi. Delhi: Agam Kala Prakashan. OCLC 13869730
  • Rice, B.L. Mysore Gazatteer Compiled for Government-vol 1, 1897. 2001. Services éducatifs asiatiques. New Delhi, Madras.

Liens externes

Tous les liens ont été récupérés le 10 avril 2018.

  • Kadambas de Banavasi par le Dr Jyotsna Kamat
  • Inscriptions indiennes Archeological Survey Of India
  • Le village de Halmidi enfin sur la voie de la reconnaissance L'Hindou, 3 novembre 2003

Pin
Send
Share
Send